mars 2017

Gouvernement : Une équipe de combat

Par Zyad LIMAM
Partage

Rencontre avec certains des personnages clés de la « team d’ADO », leurs missions et leurs défis.

Amadou Gon Coulibaly, « le fidèle des fidèles », est désormais le leader du gouvernement. Premier ministre, AGC succède ainsi à Daniel Kablan Duncan. Un rôle stratégique qui s’inscrit dans la continuité. Depuis 2011, le natif de Korhogo occupait la position centrale de secrétaire général de la Présidence. Bonne gouvernance, justice, relation avec les militaires, les fonctionnaires… Il est, à 58 ans, le maître d’oeuvre de la politique nationale. Et doit s’assurer que les orientations sont suivies par tous. La relation entre ADO et AGC est forte et ancienne. Les deux hommes se comprennent et s’estiment, ce qui devrait assurer une véritable cohésion et efficacité à l’exécutif. Le directeur de cabinet, Philippe Serey-Eiffel, descendant de Gustave Eiffel, sera chargé de faire tourner la machine de la primature.
 
À 52 ans, Hamed Bakayoko, l’homme des médias qui a réussi sa mutation en passant au ministère de l’Intérieur, est une des figures emblématiques de la vie politique. Proche du chef de l’État, il l’accompagne depuis des années, dans les bons et mauvais moments, y compris pendant le siège de l’hôtel du Golf. Après un passage au ministère des NTIC et de la Communication, c’est à l’Intérieur qu’il forge sa personnalité de politicien aguerri et populaire. Le « premier flic » de Côte d’Ivoire prend en charge les dossiers les plus délicats, la sécurité, le processus de désarmement, tout en cultivant ses relations aux quatre coins du pays. Et en essayant de marquer ses différences.
 
Une mission qu’il doit poursuivre avec, notamment, Alain-Richard Donwahi, 54 ans. Issu d’une grande famille originaire de Mayo, dans le sud-ouest du pays, ministre depuis janvier 2016 auprès du président de la République, chargé de la Défense, il a été maintenu à son poste avec le nouveau remaniement. Un homme au coeur de la tempête qui a notamment dû faire face aux agitations au sein de l’armée en janvier 2017.
 
Son chantier : la réforme d’une institution à assainir et à professionnaliser d’urgence. Avec l’application d’une loi de programmation militaire ambitieuse. Une mission essentielle pour ce diplômé en gestion de Dauphine à Paris et de Claremont College en Californie.
 
Au centre également du nouveau dispositif gouvernemental, le duo Abdourahmane Cissé et Adama Koné a également pris du grade. L’ex-trader de Goldman Sachs, Abdourahmane Cissé, chargé du Budget auprès du chef du gouvernement, devient ministre du Budget et du Portefeuille de l’État ; et Adama Koné, ancien directeur du Trésor, passe à l’Économie et aux Finances. Ils devront s’assurer du maintien du cadre macroéconomique, des équilibres financiers, alors que de nombreux chantiers sont à venir.
 
Kaba Nialé, originaire de Bouko dans le Nord-Est, ministre du Plan et du Développement, reste l’un des éléments clé de la mise en oeuvre du « PND 2 », le plan national de développement couvrant la période 2016-2020.
 
Thierry Tanoh fait son entrée au gouvernement après une « formation initiale » comme secrétaire général délégué de la Présidence. Le ministre du Pétrole, de l’Énergie et du Développement des Énergies renouvelables hérite d’un portefeuille stratégique où les défis sont nombreux. Natif de Nogent-sur-Marne, proche du président Bédié, gendre de Charles Gomis, cadre du PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire), l’ancien directeur Afrique subsaharienne de la SFI (Société financière internationale), qui vécut une douloureuse expérience à Ecobank, entre de plain-pied dans le monde politique.
 
Pour de nombreux Ivoiriens, Bruno Nabagné Koné, porte-parole du gouvernement, est un visage familier du JT. Mais avec le dernier remaniement, le ministre de l’Économie numérique et de la Poste a aussi hérité du domaine sensible de la Communication. Né le 6 septembre 1960, au gouvernement depuis 2011, Bruno Koné était passé dans une « première vie » par le monde de l’entreprise (conseil, finance, gestion, télécoms).
 
Patrick Achi, ministre des Infrastructures économiques de quasiment tous les gouvernements depuis les années 2000, s’installe comme secrétaire général de la Présidence de la République et successeur d’Amadou Gon Coulibaly. Ce membre du PDCI, député d’Adzopé (Sud) depuis les dernières législatives, « le plus Attié » de la team, expérimenté, dessine sur ses calepins des notes et des plans d’avenir.
Partage

À lire aussi dans la même catégorie
Côte d’Ivoire : Économie, réformes, politique, les enjeux de demain Côte d'Ivoire : La nouvelle étape
Côte d’Ivoire : Économie, réformes, politique, les enjeux de demain Dynamisme Abidjan, incontournable porte d’entrée
Côte d’Ivoire : Économie, réformes, politique, les enjeux de demain Stanislas Zézé : « Il faut donner de la visibilité au-delà de 2020… »
Côte d’Ivoire : Économie, réformes, politique, les enjeux de demain Grands chantiers, la lutte continue !

Suivez-nous