Aller au contenu principal

L’urgence d’une industrie pharma africaine

Par Jean-Michel Meyer - Publié en février 2021
Share
SHUTTERSTOCK
SHUTTERSTOCK

L'Afrique attendra sagement son tour. Partout, aux États-Unis, en Chine, en Europe, en Russie, en Inde et même à Cuba, des pays élaborent des vaccins et ripostent au Covid-19 avec des campagnes de vaccinations, pour certaines démarrées bien avant la fin 2020. Seule l’Afrique reste en retrait de cette mobilisation mondiale. Une fois de plus, les 1,3 milliard d’habitants du continent dépendront de la générosité internationale pour être protégés.

Selon l’université nord-américaine Duke, qui analyse l’évolution des quelque 200 projets de vaccins, il n’y aura pas assez de doses « pour couvrir l’ensemble de la population mondiale avant 2023 ou 2024 ». Pour éviter un scandale sanitaire planétaire, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avec le soutien de l’Alliance du vaccin Gavi, a négocié, à travers le programme Covax, l’acquisition de 2 milliards de doses d’ici à la fin 2021 pour 92 pays à revenu faible et intermédiaire. Dont la moitié en Afrique. L’OMS compte ainsi vacciner 3 % de la population africaine d’ici mars 2021, et 20 % d’ici la fin 2022.

Semant la confusion en doublant le programme Covax, des pays comme l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Maroc ou l’Égypte négocient directement avec les laboratoires à des...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Comment oublier 2020 ? Dans cette crise en forme de poupées russes où se sont emboîtées des crises sanitaire, économique et sociale sur fond de crise écologique, l’Afrique a subi en 2020 sa première récession depuis vingt-cinq ans. « Aucun des chocs enregistrés ces trente dernières années, y compris les plus récents : crise financière de 2009, Printemps arabes en 2011 et la chute des cours des matières premières en 2015 et 2016, n’avait eu un tel impact sur l’activité », résume Yasmine Osman, économiste au département Afrique de l’Agence française de développement (AFD), l’une des auteures de l’ouvrage de l’agence intitulé « L’économie africaine 2021 », qui vient de paraître aux éditions La découverte.

Publié en mars 2021

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) se cherchait un directeur général depuis six mois. C’est la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala qui a été élue à ce poste pour quatre ans. Première femme et première Africaine à diriger cette institution, elle a la lourde tâche de relancer un organisme paralysé et largement déconsidéré.

Publié en février 2021

Le groupe de bancassurance ivoirien a résisté en 2019 et en 2020 et se tient prêt pour un rebond de l’économie africaine, qu’il attend cette année

Publié en février 2021