août 2018

Sport : renouer avec la victoire

Par François BAMBOU
Partage
Après une période d’éclipse, le Cameroun remonte sur les podiums et retrouve le goût des trophées, toutes disciplines confondues. En attendant la grande fête de la CAN 2019.
 
Garder le cap sur les victoires. C’est le mot d’ordre en vigueur dans les milieux sportifs camerounais, depuis que le pays a renoué avec la victoire dans la plupart des disciplines sportives. Rien qu’en 2017, la nation a engrangé, selon le décompte officiel, et à travers tournois et championnats divers, pas moins de 142 médailles en or, 97 en argent, 142 en bronze. Des exploits réalisés à travers pistes, stades, tatamis et rings, aux Championnats africains, aux Championnats mondiaux, aux Jeux islamiques ou encore aux Jeux de la Francophonie. Chaque sortie de Lions ou de Lionnes en compétition est toujours un grand moment dans la vie locale. À l’exemple des Lionnes indomptables du volley-ball, victorieuses du Kenya en finale du championnat d’Afrique Dames de volleyball 2017 qui s’est joué au palais polyvalent des sports de Yaoundé. Ou encore des Lions indomptables du football, vainqueurs de la coupe d’Afrique des Nations en 2017. 
 
Pour le ministre des Sports et de l’Éducation physique, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, ces nouveaux lauriers sont une invitation à aller de l’avant : « Si les résultats obtenus sont remarquables, la très haute hiérarchie et le public sportif seront plus exigeants et plus attentifs aux prestations de nos athlètes et sur notre système d’organisation, à l’occasion des prochains rendez-vous sportifs. Nous devons travailler plus que par le passé en vue de remettre les milieux sportifs en confiance, en alerte, en situation de travail permanent pour tendre vers l’excellence… » Paul Biya, pour sa part, ne cesse de prôner à chaque occasion l’ardeur au travail, qui précède la gloire : « Ce qui fait votre force, c’est bien sûr votre incroyable talent. Mais c’est aussi et surtout votre ardeur au travail, votre courage, votre solidarité, votre esprit d’équipe, votre unité et votre amour pour votre pays », disait-il aux Lionnes indomptables du football, vice-championnes d’Afrique.
 
Faire vibrer la fibre patriote 
 
Une exposition qui vaut pour de nombreux autres compatriotes de Samuel Eto’o qui, dans des sports individuels, se sont hissés au sommet mondial de leur art : c’est le cas de Carlos Takam, qui est passé à un cheveu du titre mondial des poids lourds de la boxe professionnelle devant 80 000 personnes au Millenium Stadium de Cardiff, ou encore de Francis Ngannou, vice-champion mondial Ultimate Fighting Championship, en MMA (arts martiaux mixtes), depuis décembre 2017. 
 
Pour Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, tous ces lauriers aident aussi au renforcement du sentiment national : « Les victoires sportives concourent à faire vibrer la fibre patriotique des citoyens et à renforcer l’adhésion populaire à l’idéal commun qui est celui d’un Cameroun qui gagne. C’est pour cela que le chef de l’État n’a jamais cessé de citer les sportifs camerounais lors de leurs exploits, comme des modèles de foi, d’abnégation, de détermination, de solidarité et d’homogénéité. Le sport est donc dans notre pays, un vecteur de consolidation de l’unité et un catalyseur de l’intégration nationale. C’est dans cette optique que l’attribution de l’organisation de la CAN 2019, après la CAN féminine Cameroun 2016, est considérée comme une victoire diplomatique et sportive. » Notamment parce que le gouvernement a lancé un vaste programme d’infrastructures pour tenir le cahier de charges de la CAF (confédération africaine de football). Vingt-quatre pays, et autant de nationalités de supporters seront présents au Cameroun en juillet 2019. 
 
« L’organisation de ces deux grandes compétitions par le Cameroun participe de la politique de promotion des potentialités des jeunes de notre pays. Elle contribue également à améliorer le rayonnement et l’image de marque du Cameroun tant à l’intérieur qu’au-delà de nos frontières », se réjouit M. Bidoung Mkpatt. 
 
L’optimisme des autorités camerounaises se fonde sur l’organisation réussie de la CAN féminine 2016 qui leur ont valu les félicitations des instances internationales telles que la confédération africaine de football. « Avec la Coupe d’Afrique des Nations de football féminin qui vient de s’achever, le Cameroun a remporté une autre belle victoire, celle de l’organisation. La fête a en effet été belle et riche en couleurs. Nos hôtes ont pu apprécier la richesse et la diversité culturelle de notre pays, la qualité de nos infrastructures sportives, la chaleur de l’accueil de nos populations », déclarait Paul Biya. 
 
Un vaste programme d’infrastructures est en cours pour doter le pays des commodités devant garantir un déroulement sans heurts de la plus grande compétition sportive africaine : stades en construction ou en rénovation, hôtels ou voiries en cours de remise à neuf. Au total, 32 stades de compétition ou d’entraînement devront être opérationnels le jour dit, et une vingtaine l’est déjà. Les infrastructures connexes (hôtelières, hospitalières, routières, aéroportuaires, etc.) sont en cours d’optimisation pour répondre au cahier des charges de la CAF. Le gouvernement a engagé les opérateurs du secteur des télécommunications à élever leurs standards de performance, afin de faciliter la retransmission par les dizaines de télévisions et les centaines de journalistes attendus. 
 
Pour continuer à engranger des victoires dans tous les domaines, il est indispensable, assure le ministre Bidoung Mkpatt, de travailler dans un esprit de concorde : « L’heure n’est donc plus aux polémiques, aux affrontements et autres tensions qui démobilisent les énergies. […]. La quête de médailles impose dès à présent que vous puissiez faire prévaloir l’esprit de conciliation, d’apaisement, de synergie », recommande le ministre. 

 

Partage
À lire aussi dans DECOUVERTE
CAMEROUN : FACE AUX DÉFIS Aller de l’avant !
CAMEROUN : FACE AUX DÉFIS Anglophones et francophones : l’atout d’une double culture
CAMEROUN : FACE AUX DÉFIS Résilience : un modèle dynamique contre la crise
CAMEROUN : FACE AUX DÉFIS Infrastructures : cap sur la modernisation

Suivez-nous