Aller au contenu principal
C'est comment ?

Culture vive !

Par Emmanuelle Pontié - Publié en février 2021
Share

​​​​​​​Quand le monde de la culture pleure à chaudes larmes en Occident, à coups de salles fermées, de tournées annulées et de festivals reportés sine die, l’Afrique, elle, avance. Comme si la musique et les arts vivants étaient, quelque part, des valeurs inaliénables. Comme si la culture était bien loin d’être une simple cerise sur le gâteau dans des pays où manger à sa faim passerait avant tout, selon les dires de la plupart des « spécialistes », qui se trompent… Le chanteur ivoirien Meiway se produisait à Yaoundé mi-janvier. De nouveaux albums sortaient fin décembre chez Fally Ipupa ou Singuila. Ou encore fin janvier au Ghana, au Bénin, au Malawi, avec des labels et des groupes locaux comme Alostmen, BIM ou le Madalitso Band. Des séries et des longs-métrages se tournent à Dakar…

Bref, la culture avec un grand « C » garde la tête hors de l’eau avec un certain brio, contrairement à ce qu’il se passe dans les pays européens notamment, où de confinement en confinement, elle reste reléguée en « secteur non essentiel ». Avec les questions ouvertes que l’on connaît, comme « Aller chez le coiffeur est-il plus vital que d’aller au cinéma ou au théâtre ? », etc.

Et quand rien n’est possible, les artistes africains s’adaptent, intègrent les nouveaux moyens de communication, DOM.à l’instar de la star béninoise Angélique Kidjo, qui donnait un concert en ligne fin janvier. Idem pour pas mal de célébrités locales,qui multiplient les happenings et autres vidéos novatrices sur le Net, quand hier, certaines d’entre elles ne se servaient pratiquement pas de l’outil en question, sauf pour leurs clips. Finalement, le monde de la culture africaine pâtit seulement des restrictions rencontrées lorsque la carrière de l’un des siens dépend de l’Occident pour une tournée, un enregistrement, un spectacle.​​​​​​​

On peut y voir la nouvelle preuve d’un bon sens local, d’une capacité de résilience étonnante et d’adaptation heureuse aux situations de déconfiture mondiale… Et surtout, un goût pour les arts vivants définitivement ancré, prouvé et drôlement réjouissant. Bravo ! 

​​​​​​​

Dans la même rubrique

Il va falloir apprendre à vivre avec le Covid19, à l’affaiblir progressivement, avant de pouvoir le ratatiner. Le seul chemin possible pour mener cette bataille, pour vaincre, c’est la vaccination. Et la vaccination pour tous. Il ne suffira pas de protéger les riches, les États-Unis, l’Europe, une partie de l’Asie pour s’en sortir. Il faudra vacciner toute la planète. Vacciner près de 8 milliards d’humains. Un effort homérique, la tâche d’une génération.

Publié en février 2021

Début décembre, Time, le grand hebdomadaire américain, s’est posé la question : 2020 a-t-elle été la pire année de l’histoire ? Évidemment, le tropisme du débat est propre à cette nation de « conquérants optimistes »... Et oui, il y a nettement pire dans l’histoire du monde, des guerres (à l’échelle de la planète), des épidémies dévastatrices (la fameuse peste noire du Moyen Âge, par exemple), des famines, des astéroïdes si l’on remonte à la nuit des temps… Mais pour tous les êtres humains vivant aujourd’hui, le choc 2020 est stupéfiant. Unique. Au-delà de notre expérience. Beaucoup d’entre nous sommes des enfants de l’après-guerre justement, du baby-boom (années 1950-1960), les héritiers des indépendances aussi, d’autres sont des kids de la génération Z (celle des enfants du numérique), tous acteurs et spectateurs d’un formidable accroissement des richesses et d’un recul sans précédent de la pauvreté dans l’histoire de l’humanité.

Publié en décembre 2020

Ce n’est pas un sujet festif. Je sais. Et c’est fait exprès. C’est aussi un thème que l’on aborde ici parfois autour du 8 mars, consacré Journée internationale des droits des femmes depuis 1911. Mais plus récemment, le 25 novembre a été déclaré Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Et en ces temps de Covid-19, où les confinements successifs ont fait exploser ces agressions à travers le monde, et notamment à domicile, il est bon de rappeler, justement entre deux agapes de fin d’année et lorsque les vœux sont à l’honneur, qu’un nombre toujours incroyable de femmes souffrent au quotidien.

Publié en décembre 2020