Aller au contenu principal
Algérie

Ahmed Ouyahia, la seconde génération en marche

Par LYES SI ZOUBIR - Publié en mars 2017
Share
 
Déjà trois fois Premier ministre, le directeur de cabinet du président Abdelaziz Bouteflika appartient à la catégorie des « enfants de l’indépendance », une classe d’âge discrète, omniprésente aux affaires, qui attend son heure. Et qui devrait jouer un rôle clé dans les transitions qui s’annoncent… 
 
Algérie, fin novembre 1995. Le général à la retraite Liamine Zéroual vient d’être élu à la présidence de la République. Une élection qui redonne un peu d’espoir à des millions d’Algériens épuisés par près de quatre années de violences et d’affrontements entre les forces de l’ordre et les groupes islamistes armés. Un conflit où les civils paient le prix fort en raison notamment des attentats et de la campagne d’assassinats visant tous ceux que le Groupe islamique armé (GIA) considère comme ses ennemis ou comme des soutiens du pouvoir (intellectuels, fonctionnaires, artistes, syndicalistes, enseignants…). 
 
Le pays tangue, sa situation économique est inquiétante, il vient de frôler la cessation de paiement et il lui faut maintenant appliquer l’accord conclu en 1994 avec le Fonds monétaire international (FMI). La presse algérienne s’interroge quant au nom du futur Premier ministre. La rumeur, insistante, désigne Ahmed Ouyahia, un haut fonctionnaire né en 1952 en Kabylie, soit dix ans à peine avant l’indépendance...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022