Aller au contenu principal
Entretien

Angélique Kidjo
« J’aime la vie simple »

Par Sophie Rosemont - Publié en juillet 2021
Share
ANGÉLIQUE KIDJO « J’AIME LA VIE SIMPLE »
Angélique Kidjo « J’aime la vie simple » FABRICE MABILLOT

À l’occasion de la sortie de son nouvel album, Mother Nature, la chanteuse d’origine béninoise raconte l’écologie, la transmission, la famille et le rythme bien sûr, qui régissent sa vie comme sa musique…

Du moment où il y a du soleil, tout va bien… Mais il n’en faut pas trop non plus… Comme dans la vie, il faut un équilibre à tout », nous dit-elle. Ce jour-là, il faut beau, en effet. Même si, comme en témoigne son nouvel album, Angélique Kidjo n’est pas dupe des rayons solaires qui s’attaquent de plus en plus à notre planète. Quand, début 2020, elle a reçu un quatrième Grammy Award pour son album consacré à Celia Cruz, la chanteuse a décidé d’inviter sur son prochain disque non seulement des pointures anglo-saxonnes, comme Blue Lab Beats, mais aussi des artistes émergents du continent africain, tels Shungudzo, Burna Boy, Mr Eazi, Yemi Alade… Tous se mettent au diapason des rythmiques et des mélodies de la musicienne franco-béninoise, américaine d’adoption, qui, à 60 ans, ne semble guère prête à la retraite ! En témoignent son disque Mother Nature et un livre d’entretiens publié par les éditions du...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Spécialiste de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Éloi Ficquet est le cosignataire, avec d’autres chercheurs, d’une tribune publiée en novembre 2021 dans Le Monde, qui dénonce le risque de génocide. Il est l’auteur, avec Gérard Prunier, de l’ouvrage Understanding Contemporary Ethiopia. Et ne cache pas son pessimisme…

Publié en décembre 2021

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Publié en décembre 2021

Les cinéastes (et jumeaux) gazaouis mettent l’humain au centre de leur second film : ce conte poétique met en lumière une relation inattendue entre un pêcheur et une couturière qui partagent le même goût de liberté.

Publié en décembre 2021