Aller au contenu principal
Entretien

Angélique Kidjo
« J’aime la vie simple »

Par Sophie Rosemont - Publié en juillet 2021
Share
ANGÉLIQUE KIDJO « J’AIME LA VIE SIMPLE »
Angélique Kidjo « J’aime la vie simple » FABRICE MABILLOT

À l’occasion de la sortie de son nouvel album, Mother Nature, la chanteuse d’origine béninoise raconte l’écologie, la transmission, la famille et le rythme bien sûr, qui régissent sa vie comme sa musique…

Du moment où il y a du soleil, tout va bien… Mais il n’en faut pas trop non plus… Comme dans la vie, il faut un équilibre à tout », nous dit-elle. Ce jour-là, il faut beau, en effet. Même si, comme en témoigne son nouvel album, Angélique Kidjo n’est pas dupe des rayons solaires qui s’attaquent de plus en plus à notre planète. Quand, début 2020, elle a reçu un quatrième Grammy Award pour son album consacré à Celia Cruz, la chanteuse a décidé d’inviter sur son prochain disque non seulement des pointures anglo-saxonnes, comme Blue Lab Beats, mais aussi des artistes émergents du continent africain, tels Shungudzo, Burna Boy, Mr Eazi, Yemi Alade… Tous se mettent au diapason des rythmiques et des mélodies de la musicienne franco-béninoise, américaine d’adoption, qui, à 60 ans, ne semble guère prête à la retraite ! En témoignent son disque Mother Nature et un livre d’entretiens publié par les éditions du...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que son actualité ne soit pas toujours des plus joyeuses ces dernières années, le pays regorge de personnalités talentueuses et passionnées qui redonnent foi en l’avenir. Petit tour d’horizon des profils les plus enthousiasmants.

Publié en juillet 2021

Son nouveau long-métrage, Sœurs, dépeint la quête identitaire de trois femmes issues de l’immigration, partagées entre la France et l’Algérie. La réalisatrice aborde le thème du déracinement, le poids de la mémoire, les luttes féminines et la difficulté à briser les silences, à bâtir un récit familial.

Publié en juillet 2021

Cette plasticienne inclassable franco-algérienne sublime le corps des femmes dans une œuvre foisonnante. Après son exposition personnelle « Eden » à la galerie Cécile Fakhoury, à Paris, en février dernier, elle est actuellement présente à la Maison des arts de Malakoff.

Publié en juillet 2021