Aller au contenu principal
C'est comment ?

Après coups…

Par Emmanuelle Pontié - Publié en octobre 2021
Share

Août 2020, le président malien est renversé par un coup d’État militaire. Avril 2021, le fils du dirigeant tchadien, tué au combat, s’empare du pouvoir. Septembre 2021, c’est au tour d’Alpha Condé, en Guinée, d’être contraint de céder sa place, au profit de son chef du Groupement des forces spéciales… Voici donc revenu le temps, que certains pensaient révolu, des coups militaires ou constitutionnels, et des transitions africaines. Avec même des « coups » dans les « coups », comme au Mali, où un autre militaire a renversé le premier putschiste en mai dernier.

Évidemment, chaque histoire est particulière. Mais globalement, les pouvoirs inamovibles au bilan mitigé sont sanctionnés. Et la tentation du népotisme, atavique, culturel, comme au Tchad, est bien ancrée. Localement, en général, deux courants d’opinion se distinguent : ceux qui condamnent la méthode et s’inquiètent pour l’avenir ; et les autres, appartenant à des couches souvent plus populaires, qui se réjouissent de voir le pouvoir en place dégager, lui qui n’a jamais résolu les rudes soucis du quotidien.

Certes, on peut dire, comme ces derniers, qu’une page se tourne et que demain sera peut-être plus rose. Pourtant, rien n’est plus incertain. Dans ces pays, frappés de plein fouet par un changement brutal, hors scrutin, le réveil est souvent amer. Les chefs de transition, comme le nom l’indique, ne feront certainement pas des miracles durant leur passage. Et la tentation de reculer les échéances démocratiques une fois que l’on a goûté aux ors du pouvoir est grande.

DOM
DOM

Durant ces périodes d’instabilité, placées plus ou moins sous sanctions internationales lorsqu’elles s’éternisent, les investissements, les grands travaux, les projets sont stoppés. Et le développement, plus ou moins engagé de-ci et de-là, frappé en plein vol. Pour peu que l’insécurité et les djihadistes s’invitent dans le décor, comme au Mali ou au Tchad, l’enjeu est encore plus grand.

Bref, ce grand retour en arrière qu’incarne le coup d’État est une bien mauvaise nouvelle pour le continent. Pour le contrer ou l’éviter, il faut absolument renforcer les institutions, sécuriser les scrutins et installer un vrai suffrage universel, où chaque vote « contre » comptera. Il n’y a pas d’autre solution pour sanctionner un pouvoir qui ne convaincrait plus ses électeurs. C’est au citoyen de décider de son sort, et certainement pas à un homme en treillis autoproclamé président de le faire à sa place.

Dans la même rubrique

Samedi 23 octobre, Sénégal. Une centaine de femmes battent le pavé à Dakar. Elles sont là pour tirer la sonnette d’alarme en vue de sauver d’urgence l’environnement menacé par les changements climatiques. La plupart d’entre elles travaillent la terre et sont confrontées aux inondations, à la pollution, à l’érosion, aux coups de vents inhabituels… « Nous n’avons plus de nappes phréatiques. Les animaux meurent par manque d’eau. Nous ne pouvons plus faire d’agriculture », clame leur porte-parole Nadia.

Publié en novembre 2021

Le livre est posé là, sur la table de mon bureau. Il vient de sortir, à Paris, et puis un peu partout, progressivement. Les mémoires autobiographiques et posthumes de Béchir Ben Yahmed.

Publié en novembre 2021

À Montpellier, le 8 octobre, dans ce « sommet » qui n’en sera pas vraiment un (aucun chef d’État n’est attendu dans le sud de la France), on parlera de refonder la relation France-Afrique, de la réinventer… On évoquera le renouvellement générationnel, la culture, les imaginaires communs. On cherchera surtout à se dire la vérité en face, sans la présence des chefs justement (qui seraient certainement les protecteurs du statu quo…). Achille Mbembe a recueilli et synthétisé le produit de plus de 66 débats préparatoires dans 12 pays africains. Il semblerait que ce soit musclé. Et l’écrivain camerounais s’apprête à les restituer, sans censure, face au président français.

Publié en octobre 2021