Aller au contenu principal
Musique

Baba Ali
Souvenirs sur dancefloor

Par Sophie Rosemont - Publié en août 2021
Share
img
BABA ALI.ADRIAN BASSANELLI - DR

 

À 31 ans, cet Américain d’origine nigériane sort son premier opus, qui va RYTHMER tout l’été .

 

img
BABA ALI, Memory Device, Memphis Industries.ADRIAN BASSANELLI - DR

​​​​​​​​​​​​​​C’EST UN RÉCIT d’apprentissage que nous raconte ici, avec un groove imparable, Baba Ali. Son enfance à Fort Lee, dans le New Jersey, son adolescence baignée de hip-hop et de no wave, son amour du clubbing largement exploré lors de ses débuts à Berlin, ses origines nigérianes qui comptent autant que son propre présent (Fela Kuti est d’ailleurs l’un des membres de sa famille), ses affinités avec l’esprit punk et insolent de Londres, où il vit aujourd’hui… Tout se retrouve dans le bien nommé Memory Device. Sans jamais oublier de danser, comme nous incite l’ouverture « Draggin’ On », rapidement suivie d’autres morceaux addictifs. Produit par Al Doyle, connu pour son travail avec LCD Soundsystem et Hot Chip, ce premier album conjure les confinements actuels en appelant à réveiller ses sens et ses souvenirs. On y entend aussi bien J Dilla que Prince, Joy Division ou Common. C’est beau, ça emporte et on n’a qu’une envie : vite le voir sur scène.

Dans la même rubrique

Un pharaon noir, un petit sauvage auvergnat et une princesse ottomane: le père de Kirikou nous livre de nouveaux RÉCITS SOMPTUEUX, avec la voix d’Aïssa Maïga en conteuse d’aujourd’hui…

Publié en octobre 2022

L’Atelier Maloukti revisite les CÉRAMIQUES MAROCAINES pour créer des objets entre tradition et contemporain.

Publié en septembre 2022

Le style unisexe de ce label kényan restitue des IDENTITÉS CULTURELLES UNIQUES dans des tenues pour le quotidien.

Publié en septembre 2022