Aller au contenu principal
Entretien

Barthélémy Toguo
« Je crois aux utopies »

Par Astrid Krivian - Publié en juin 2021
Share

À travers ses œuvres puissantes, universelles, l’artiste plasticien camerounais interpelle sur les bouleversements de nos temps troublés. Sa nouvelle exposition, « Désir d’humanité », au musée du quai Branly, à Paris, met en regard sa production avec des pièces d’art classique africain.​​​​​​​

Barthélémy Toguo. ZACHARIE NGNOGUE
ZACHARIE NGNOGUE

Dans son atelier parisien, où il nous reçoit, des plantes luxuriantes  s’épanouissent  entre les murs ornés de ses tableaux et photographies. « Le monde végétal me manque quand je suis en ville », confie l’artiste. Dévoué  corps  et  âme  à  son art, il est en train de peindre allongé sur une toile grand format, en vue d’une exposition en septembre à la galerie parisienne Lelong. Sollicité de toutes parts – son téléphone ne cesse de sonner –, il doit s’envoler pour son pays natal d’ici quelques jours. Sa vie est un tourbillon, partagée entre Paris, Bandjoun au Cameroun, et les quatre coins du globe où il expose son travail depuis plus de vingt-cinq ans. Telle une arme pour changer le monde, se faire l’écho des sans-voix, son œuvre nous interpelle avec force sur les maux de notre époque troublée – guerre, exil, racisme, désastres écologiques... Explorant la condition humaine, il célèbre aussi les expressions...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Passeur d’une culture multiforme, le Mozambicain lusophone est aujourd’hui l’un des écrivains les plus inventifs du continent. L’œuvre foisonnante de ce poète engagé, également biologiste, puise aux racines de l’imaginaire et de la tradition orale de son Afrique natale.

 

Publié en octobre 2022

Après avoir passé près de trente-cinq ans au gouvernement camerounais, il était probablement l’une des figures les plus emblématiques des années Biya. Tour à tour délégué général au Tourisme, puis à la Gendarmerie nationale, et secrétaire d’État à la Défense, Amadou Ali est nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1996. Il sera ensuite ministre d’État chargé de la Défense et garde des Sceaux. En 2004, il devient vice-Premier ministre, et finit sa carrière comme ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées.

Publié en septembre 2022

Son dernier roman, Les Vertueux, raconte le destin d’un berger jeté dans les fracas de la Grande Guerre et de l’adversité. Pour l’auteur, cette fresque historique palpitante, pétrie de philosophie, signe son œuvre la plus accomplie. 

Publié en septembre 2022