Aller au contenu principal
Entretien

Barthélémy Toguo
« Je crois aux utopies »

Par Astrid Krivian - Publié en juin 2021
Share

À travers ses œuvres puissantes, universelles, l’artiste plasticien camerounais interpelle sur les bouleversements de nos temps troublés. Sa nouvelle exposition, « Désir d’humanité », au musée du quai Branly, à Paris, met en regard sa production avec des pièces d’art classique africain.​​​​​​​

Barthélémy Toguo. ZACHARIE NGNOGUE
ZACHARIE NGNOGUE

Dans son atelier parisien, où il nous reçoit, des plantes luxuriantes  s’épanouissent  entre les murs ornés de ses tableaux et photographies. « Le monde végétal me manque quand je suis en ville », confie l’artiste. Dévoué  corps  et  âme  à  son art, il est en train de peindre allongé sur une toile grand format, en vue d’une exposition en septembre à la galerie parisienne Lelong. Sollicité de toutes parts – son téléphone ne cesse de sonner –, il doit s’envoler pour son pays natal d’ici quelques jours. Sa vie est un tourbillon, partagée entre Paris, Bandjoun au Cameroun, et les quatre coins du globe où il expose son travail depuis plus de vingt-cinq ans. Telle une arme pour changer le monde, se faire l’écho des sans-voix, son œuvre nous interpelle avec force sur les maux de notre époque troublée – guerre, exil, racisme, désastres écologiques... Explorant la condition humaine, il célèbre aussi les expressions...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Spécialiste de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Éloi Ficquet est le cosignataire, avec d’autres chercheurs, d’une tribune publiée en novembre 2021 dans Le Monde, qui dénonce le risque de génocide. Il est l’auteur, avec Gérard Prunier, de l’ouvrage Understanding Contemporary Ethiopia. Et ne cache pas son pessimisme…

Publié en décembre 2021

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Publié en décembre 2021

Les cinéastes (et jumeaux) gazaouis mettent l’humain au centre de leur second film : ce conte poétique met en lumière une relation inattendue entre un pêcheur et une couturière qui partagent le même goût de liberté.

Publié en décembre 2021