Aller au contenu principal

A Berlin, l’Afrique joue des coudes et des tabous...

Par Michael.AYORINDE - Publié en février 2011
Share

Pour célébrer ses 60 ans, l’un des trois plus grands festivals de cinéma du monde (avec Cannes et Venise) a organisé une rétrospective : un seul film africain dans ce retour en arrière, Baara de Souleymane Cissé (primé au Fespaco en 1979). Rien dans la compétition officielle, et quelques strapontins dans les sections parallèles.
Dimanche soir, le film marocain des frères Noury, The man who sold the world (déjà présenté en compétition au dernier festival de Marrakech), a vu au fil de la projection dimanche soir quelques dizaines de spectateurs partir sans attendre la fin, déroutés par ce voyage dans la folie.

Une adaptation d’une nouvelle de Dostoievsky très théâtrale, malgré le recours à toutes les techniques de l’image et du son pour tenter d’entraîner le spectateur. Swel et Imad Noury, enfants terrible du nouveau cinéma marocain, reviennent à Berlin par la grande porte, dans la fameuse sélection « Panorama », quatre ans après un premier court remarqué (Les portes du paradis). On attend avec curiosité les critiques de nos confrères de la presse américaine…

Autre film tourné sur le continent, avec un financement suédois, par la cinéaste ougandaise Caroline Kamya, cette fois dans la section « Forum...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Du nord au sud, c’est l’un des plus grands territoires verts du monde, avec en particulier le bassin du Congo, deuxième forêt humide après l’Amazonie. Une richesse naturelle essentielle pour l’humanité, un potentiel immense pour le continent, menacé chaque jour un peu plus par l’exploitation et les trafics.

Publié en août 2022

Il a été nommé en août 2021 responsable de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), un organisme qui gère les aires protégées. Celles-ci couvrent 13,8 % de la surface de la République démocratique du Congo (RDC), soit un total de 345 000 km2. Entretien franc et direct sur les enjeux, les défi s de la conservation et de la protection de la nature.

Publié en août 2022

Conseiller spécial de l’International Institute for Strategic Studies (IISS, Londres) et de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS, Paris), François Heisbourg analyse pour Afrique Magazine comment se positionnent les opinions publiques mondiales au sujet de la guerre en Ukraine. Le passé colonial européen et la guerre américaine en Irak jouent à plein dans la perception du conflit par les pays du Sud…

Publié en août 2022