Aller au contenu principal

Berlinale 2010 : « African Cinema Attacks »

Par Michael.AYORINDE - Publié en février 2011
Share

Le titre du débat organisé dans la section « talents campus » de la Berlinale était audacieux : « Shotgun Stories: African Cinema Attacks ». D’ailleurs, dans le public, quelqu’un (venu du Nigeria) a fait remarquer que c’était dommage d’associer une fois de plus le continent africain aux clichés de la violence et des guerres !
C’est que l’Allemagne est très volontaire et veut forcer l’optimisme : pour Dorothee Wenner, l’animatrice de la discussion, il y a une nouvelle génération et une explosion de talents. Et les Allemands la soutiennent. Par des fonds publics, notamment avec l’académie de la Deutsch Welle, mais aussi privés : exemple, avec l’un des participants, le réalisateur d’un des rares succès internationaux du ciné teuton de ces dernières années : Tom Tykwer (« Cours, Lola, cours » en 1999). Il est aussi producteur est organise des ateliers au Kenya dont le premier film vient d’aboutir.

Il encourage tous les jeunes Africains qui veulent faire du cinéma à se lancer en n’oubliant jamais la règle de base : arriver non seulement avec des idées et une histoire, mais avec un scénario déjà écrit, c’est le seul moyen pour qu’un producteur puisse être approché et accroché.
Autre...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022