Aller au contenu principal

BOKO HARAM LA STRATEGIE DU NEANT

Par Michael.AYORINDE - Publié en juin 2014
Share

Des silhouettes de lycéennes des-sinées sur des panneaux qui entourent la place de Falomo, l’un des centres commerciaux de Lagos. Au-dessus des enseignes représentant les 200 jeunes filles, un slo-gan écrit en noir :  Bring back our girls («   Ramenez-nous nos filles »). Les habitants s’arrêtent au milieu de la place pour rendre un hommage aux adolescentes enlevées et avouent leur désarroi face aux exactions de Boko Haram. « Mais que veulent-ils ? Pour-quoi tuent-ils ainsi ? Pourquoi avoir converti de force ces fillettes ? Et pourquoi vouloir en faire des esclaves sexuelles ? », s’indigne Afolake Kuti, une jeune juriste de Lagos. Les seules indications précises sur les motivations de Boko Haram leur sont fournies par le dirigeant de la secte lui-même : Abubakar Shekau, qui aime à se mettre en scène sur YouTube. C’est d’ailleurs par ce biais qu’il a revendiqué le rapt des lycéennes en affirmant qu’il allait les marier de force. Dans une autre vidéo, le leader salafiste précise : « J’aime tuer quiconque Dieu me demande de tuer, de la même manière que j’aime tuer des poulets et des moutons. » Des menaces qui ne sont pas prises à la légère. Plus d’un mois avant...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022