Aller au contenu principal
C'est comment ?

Culture vive !

Par Emmanuelle Pontié - Publié en février 2021

​​​​​​​Quand le monde de la culture pleure à chaudes larmes en Occident, à coups de salles fermées, de tournées annulées et de festivals reportés sine die, l’Afrique, elle, avance. Comme si la musique et les arts vivants étaient, quelque part, des valeurs inaliénables. Comme si la culture était bien loin d’être une simple cerise sur le gâteau dans des pays où manger à sa faim passerait avant tout, selon les dires de la plupart des « spécialistes », qui se trompent… Le chanteur ivoirien Meiway se produisait à Yaoundé mi-janvier. De nouveaux albums sortaient fin décembre chez Fally Ipupa ou Singuila. Ou encore fin janvier au Ghana, au Bénin, au Malawi, avec des labels et des groupes locaux comme Alostmen, BIM ou le Madalitso Band. Des séries et des longs-métrages se tournent à Dakar…

Bref, la culture avec un grand « C » garde la tête hors de l’eau avec un certain brio, contrairement à ce qu’il se passe dans les pays européens notamment, où de confinement en confinement, elle reste reléguée en « secteur non essentiel ». Avec les questions ouvertes que l’on connaît, comme « Aller chez le coiffeur est-il plus vital que d’aller au cinéma ou au théâtre ? », etc.

Et quand rien n’est possible, les artistes africains s’adaptent, intègrent les nouveaux moyens de communication, DOM.à l’instar de la star béninoise Angélique Kidjo, qui donnait un concert en ligne fin janvier. Idem pour pas mal de célébrités locales,qui multiplient les happenings et autres vidéos novatrices sur le Net, quand hier, certaines d’entre elles ne se servaient pratiquement pas de l’outil en question, sauf pour leurs clips. Finalement, le monde de la culture africaine pâtit seulement des restrictions rencontrées lorsque la carrière de l’un des siens dépend de l’Occident pour une tournée, un enregistrement, un spectacle.​​​​​​​

On peut y voir la nouvelle preuve d’un bon sens local, d’une capacité de résilience étonnante et d’adaptation heureuse aux situations de déconfiture mondiale… Et surtout, un goût pour les arts vivants définitivement ancré, prouvé et drôlement réjouissant. Bravo ! 

​​​​​​​

Dans la même rubrique

C’est la guerre ! Celle des vaccins contre le Covid-19… Les États-Unis, l’Europe, la Chine, la Russie fabriquent les produits, livrent ou ne livrent pas les doses à X ou à Y, et il n’y en a jamais assez pour tous. En Occident, depuis janvier dernier, c’est la course. Les campagnes vaccinales doivent aller vite, enrayer les seconde et troisième vagues de coronavirus qui émergent un peu partout. Et chacun cherche sa dose. Grâce, entre autres, au programme Covax, le dispositif d’accès mondial pour un vaccin contre le Covid-19 – auquel participent 172 pays dans le monde –, l’Afrique a commencé à recevoir des petits lots du précieux sérum au cours des dernières semaines. Et certains États ont commencé à piquer : le Rwanda, la Côte d’Ivoire, le Maroc, le Ghana…

Publié en avril 2021

On le sait, en quarante ans, la Chine est passée d’un immense empire pauvre au statut de pre mière économie du monde. C’est une performance unique dans l’histoire de l’humanité. Sur la période, le pays a affiché une croissance moyenne de 10 % par an. Et son PIB global a été multiplié par 38. En 1981, la Chine avait exporté pour 25 milliards de dollars. Aujourd’hui, ses exportations atteignent près de 3 000 milliards.

Publié en avril 2021

Voyage en Afrique, depuis Paris, au moment où les restrictions de déplacement font rage. Avec un vrai motif, dûment attesté par trois ou quatre documents. Et le fameux test PCR négatif, exigé par tous les pays. Normal, avec cette épidémie de Covid-19 qui ne faiblit pas, c’est évidemment le plus important.

Publié en mars 2021