Aller au contenu principal
Développement durable

Des obligations vertes
pour le Gabon

Par Cédric Gouverneur - Publié en décembre 2022
Share
Ces instruments financiers sont exclusivement destinés à soutenir la transition écologique. SHUTTERSTOCK
Ces instruments financiers sont exclusivement destinés à soutenir la transition écologique. SHUTTERSTOCK

Le pays le plus boisé d’Afrique s’apprête à lancer des « green bonds » afin de financer ses projets hydroélectriques.

Akim Daouda, administrateur directeur général du Fonds gabonais d’investissement stratégique (FGIS), a annoncé fin octobre à l’agence Bloomberg le lancement par son pays de « green bonds » : « Nous envisageons de lancer l’émission d’obligations vertes d’une valeur comprise entre 100 et 200 millions de dollars pour financer la construction de centrales hydroélectriques. Nous allons d’abord finaliser la vente de 90 millions de crédits carbone et attendre de meilleures conditions de marché avant de lancer l’émission », a-t-il précisé. Ces crédits carbone pourraient atteindre la valeur de 2 milliards de dollars à la revente. Rappelons que le Gabon est couvert de forêt tropicale sur 88 % de sa superficie (267 600 km2 pour moins de 2,3 millions d’habitants) : véritable puits de carbone, le pays a absorbé 187 millions de tonnes de CO2 entre 2010 et 2018, selon les calculs de l’initiative REDD+ (Réduction des émissions de carbone dues à la déforestation et à la dégradation des forêts). Le Gabon pourrait notamment utiliser ces crédits carbone et ces obligations vertes afin de financer la reprise des travaux de construction des centrales hydroélectriques de l’Impératrice Eugénie (sur la rivière Ngounié) et FE2 (sur la rivière Okano). Le coût de ces infrastructures est estimé à plus de 450 millions de dollars.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

L’OCP poursuit sa profonde mutation industrielle. Un second programme de quatre ans (2023-2027) a été présenté le 3 décembre dernier devant le roi Mohammed VI par Mostafa Terrab, le patron du géant marocain des phosphates.

Publié en décembre 2022

Le classement Absa 2022 souligne l’intérêt des investisseurs pour les places du continent, ainsi que leurs stratégies pour surmonter les chocs extérieurs.

Publié en décembre 2022

Le Sénégal fait son entrée en tant qu’observateur au FPEG.

Publié en décembre 2022