Aller au contenu principal
Pétrole et gaz

Énergie : une solution à la crise européenne ?

Par Cédric Gouverneur - Publié en mars 2022
Share
Une exploitation de pétrole en Ogoniland, dans le delta du Niger, au Nigeria. ALAMY
Une exploitation de pétrole en Ogoniland, dans le delta du Niger, au Nigeria. ALAMY

Les pays africains producteurs de gaz et d’or noir pourraient bénéficier du conflit russo-ukrainien.

L’invasion de l’Ukraine par l’armée russe a aussitôt engendré la plus forte hausse des cours du pétrole depuis 2014, le baril se négociant à plus de 100 dollars début mars. À court terme, cette situation va bénéficier aux producteurs africains d’or noir (Nigeria, Angola, République du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Libye…). Mais elle va également mécaniquement entraîner une hausse des coûts de transport et, par ricochet, une hausse des prix sur les étals, et donc une inflation au détriment des consommateurs africains… Autre conséquence du conflit russo-ukrainien : l’Union européenne, dépendante à 40 % du gaz naturel russe, va chercher à moins dépendre de son adversaire et se prémunir d’une éventuelle coupure du robinet. Déjà, le Vieux Continent se tourne vers l’Afrique. Le 28 février, le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio et le patron de la compagnie nationale d’hydrocarbures ENI étaient à Alger, où ils ont rencontré les autorités et les responsables de la Sonatrach. La compagnie algérienne, qui fournit 11 % du gaz consommé en Europe, est prête à...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le géant marocain des phosphates a signé un partenariat stratégique avec les autorités pour développer les chaînes de valeur agricoles dans le pays.

Publié en mai 2022

L’explosion des cours ouvre des perspectives nouvelles, notamment en matière d’industrialisation. En particulier pour tous les minerais concernés par les exigences du développement durable.

Publié en mai 2022

La flambée des cours des matières premières et les sanctions frappant la Russie pourraient bénéficier, à terme, au secteur minier africain.

Gaz, pétrole, blé, métaux… Le cours des matières premières s’est envolé avec la guerre en Ukraine. L’indice London Metal Exchange (LME), qui regroupe les cotations des métaux, avait déjà bondi de 30 % en un an en raison de la reprise économique post-Covid.

Publié en avril 2022