Aller au contenu principal

Fais nous peur Deon Meyer !

Par Alexandra Fisch - Publié en mai 2020

Conseiller aux lecteurs de relire ou découvrir Fever [L’année du lion, titre français, ndlr], du maître du polar sud-africain Deon Meyer, est un peu risqué. Ce roman prémonitoire publié en 2016 (2017 pour sa version française) raconte un monde dévasté par une pandémie.

L’histoire commence « aujourd’hui », le 20 mars. Le narrateur Nico Storm, 13 ans, tient le journal de la vie qu'il mène avec son père depuis qu’un virus, appelé La Fièvre (un coronavirus), a décimé 95 % de la population mondiale. Les premières pages font penser à La Route de Cormac McCarthy, deux êtres seuls dans un monde post-apocalyptique, en proie à tous les dangers. La ressemblance avec notre actualité angoisse à certains moments. Heureusement, le lecteur se laisse vite entraîner par l’élan de vie qui se dégage du livre, notamment grâce au personnage du père, Willem Storm. Ce juriste ancien géographe, idéaliste et humaniste qui cite Platon ou Spinoza, imagine un nouveau modèle de société et emmène son fils fonder une colonie, Amanzi. Il ramasse pour cela tout ce qu’il trouve sur sa route : livres, médicaments, boîte de conserve, armes, etc. et va trouver le lieu adéquat pour cette vie de l’après. Les membres de la communauté, arrivés petit à petit, sont attachants. Le meurtre de Willem Storm – clé de l’intrigue – intervient un peu tard, mais c'est pour laisser plus de place à cette humanité qui se recrée, dont Deon Meyer s’attache à décrire les comportements d’hommes et de femmes, dans ce qu’ils ont de pire mais surtout de meilleur.

Deon Meyer, L'Année du lion, Éditions du Seuil, 2017.

Dans la même rubrique

En choisissant en mars 2013, la Tanzanie, l’Afrique du Sud et le Congo Brazzaville comme premières destinations officielles après la Russie, le nouveau Président chinois XI Jinping voulait adresser un signal fort sur les priorités en matière de coopération de la République Populaire de Chine. L’étape de Brazzaville qui clôturait cette première tournée officielle, pouvait être perçue comme la reconnaissance du rôle et de la place occupés par ce petit pays d’Afrique Centrale, au plus fort des tensions nées de la guerre froide entre les blocs idéologiques d’alors. Brazzaville fut en effet, l’une des premières capitales africaines ayant reconnu dès le 22 février 1964, la République Populaire comme seule et unique Chine.

Publié en octobre 2020

Face à des adversaires divisés, le président sortant, quinze ans de pouvoir, se projette déjà vers un nouveau mandat. Le Togo change, s’ouvre, s’engage petit à petit dans la croissance. Mais les défi s sont encore nombreux.

Publié en février 2020

Enfant kabyle de Saint-le chorégraphe français éblouit depuis avec L’Oiseau une revue moderne, et sensuelle, menée par l’ex-Miss et Univers Iris Mittenaere. Dialogue un surdoué du mouvement.

Publié en janvier 2020