Aller au contenu principal
Environnement

La Fondation OCP,
l’UM6P et l’ASERGMV coopèrent à la grande muraille verte

Par Cédric Gouverneur - Publié en novembre 2022
Share
Focus group avec le collectif féminin dans la région de Mbaye Awa sur le tracé de la Grande Muraille verte, au Sénégal.OCP
Focus group avec le collectif féminin dans la région de Mbaye Awa sur le tracé de la Grande Muraille verte, au Sénégal.OCP

L’Université Mohammed 6 Polytechnique et l’Agence sénégalaise de la reforestation de la Grande Muraille verte lancent un appel à projets afin d’accélérer la réalisation de cette initiative essentielle pour le pays.

La Fondation OCP et l’Université Mohammed 6 Polytechnique (UM6P) coopèrent avec l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la Grande Muraille verte (ASERGMV) ainsi que diverses institutions de recherche du Sénégal, dans l’objectif de développer le tronçon de 545 kilomètres de la Grande Muraille verte (GMV) situé sur le territoire sénégalais.

Pour rappel, la GMV, initiative lancée par l’Union africaine (UA) voilà quinze ans, entend planter, d’ici 2030, environ 100 millions d’hectares sur 8 à 15 kilomètres de large et 8 000 kilomètres de long depuis Dakar jusqu’à Djibouti. L’objectif est de lutter contre le réchauffement climatique en emprisonnant 250 millions de tonnes de dioxyde de carbone et de créer 10 millions d’emplois dans les 11 pays concernés.

TROUVER DES SOLUTIONS LOCALES ET CONCRÈTES

Le Sénégal fait figure de bon élève dans la mise en œuvre de la GMV, avec environ 50 000 hectares déjà reboisés, sur un objectif de départ de 150 000.

En juin dernier, la Fondation du Groupe OCP, leader de la nutrition des plantes et producteur mondial de phosphate, a signé un partenariat avec l’ASERGMV pour soutenir ses efforts de développement de la GMV. En octobre, l’ASERGMV et l’UM6P, toujours avec l’appui de la Fondation OCP, ont lancé le Programme vaisseau amiral pour la GMV (Great Green Wall Flagship Program). Il s’agit d’un appel à projets de recherche appliquée et de développement, entre les chercheurs de l’université marocaine et leurs homologues sénégalais, afin d’accroître la coopération entre le Sénégal et le Maroc pour la préservation de l’environnement : « Il ne s’agit pas seulement de contribuer à la réalisation effective de la Grande Muraille verte, mais aussi de proposer des solutions locales », expliquent l’UM6P et l’ASERGMV.

Quatre domaines sont identifiés : « L’accès à l’eau et management de cette ressource, la connaissance des besoins énergétiques et accessibilité, le développement local à travers l’amélioration de la santé du sol, la protection et la restauration des écosystèmes, l’implication des populations et le partage des connaissances locales. » Parmi les partenaires se trouvent l’École nationale supérieure d’agriculture (ENSA) de Thiès, l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA), le Centre de suivi écologique de Dakar, l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM), la Direction de la recherche horticole, la Direction de la gestion et de la planification des ressources en eau, l’Université Cheikh Anta Diop et l’Université du Sine Saloum.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un projet pilote porté par la Fondation et visant l’appui de l’ASERGMV pour la réduction des effets du changement climatique sur l’environnement et les conditions des populations vulnérables au Sénégal. Ce projet s’articule autour de quatre axes : le renforcement des capacités techniques et managériales de l’agence, le soutien et l’accompagnement des femmes productrices dans le respect de l’environnement, la recherche autour des approches inclusives permettant la préservation durable de l’environnement, et enfin la gestion durable des écosystèmes, le reboisement et la connaissance et amélioration de la qualité de l’eau.

Dans la même rubrique

Bien que les terres rares soient indispensables aux transitions énergétique et numérique du continent, leur extraction est polluante. C’est ce dont nous met en garde Emmanuel Hache, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et chercheur associé à EconomiX CNRS Paris Nanterre.

Publié en novembre 2022

Les projets d’extraction se multiplient sur le continent : ces minéraux, véritables « vitamines » de la transition bas carbone et des technologies numériques, proviennent pour le moment surtout de Chine. Les Occidentaux entendent donc réduire leur dépendance envers Pékin en se tournant vers l’Afrique. Mais attention aux écueils…

Publié en novembre 2022

Le nouveau président William Ruto met fin à dix ans d’interdiction des organismes génétiquement modifiés, au grand dam des associations de défense de l’environnement.

Publié en novembre 2022