Aller au contenu principal
Monde arabe

La révolution continue !

Par Zyad Limam - Publié en février 2021
img
Gréve générale dans la ville de Regueb, en Tunisie, le 24 mai 2011. Les habitants protestent contre la lenteur des réformes AUDE et les promesses non tenues.AUDE OSNOWYCZ

Tout début 2011, la chute du président tunisien Ben Ali entraînait une vague de changements de régime dans toute la région. Et soulignait l’exigence d’une transformation profonde des modèles de société et de gouvernement. Dix ans après, si le bilan paraît pour le moins contrasté, l’espoir demeure.

Le 17 décembre 2010, un jeune vendeur à la sauvette de Sidi Bouzid, dans le centre tunisien, Mohamed Bouazizi, victime d’une agression policière, s’immole par le feu. Le 14 janvier, le régime de Ben Ali est « dégagé » par des citoyens libérés de la peur, qui réclamaient « du travail, de la liberté et de la dignité ». Ce soulèvement a eu un effet « tempête » dans la plupart des pays arabes. Les moments vécus, les images véhiculées sont encore fortes, ces images de l’avenue Habib Bourguiba à Tunis, ou celles de la place Tahrir au Caire, la mobilisation des jeunes, l’explosion des réseaux sociaux, les chutes des raïs, contraints à l’exil ou à la prison… Ces images d’élections, de files de citoyens et de citoyennes qui se rendent au bureau de vote, sont comme indélébiles, après de si longues époques de silence et d’oppression. Dix ans après la mort de Bouazizi, les fondements de la révolution sont toujours là, dix ans après, les idées du printemps continuent d’infuser une jeunesse à la recherche de développement et de dignité. Mais dix ans après, le désenchantement est tout aussi profond. Les élites post-révolutionnaires ont largement échoué. La liberté n’a pas créé d’émergence économique, ni même une classe politique réellement fonctionnelle (comme en Tunisie). La révolution a également entraîné la guerre ou la dislocation (Libye, Syrie). En Égypte et ailleurs, les forces « réactionnaires » sont puissantes, et le silence a été rétabli au nom de l’ordre. Et aussi, souvent, le conservatisme, l’islamisme, le rigorisme ont pris le pas sur des forces modernistes, séculières, idéalistes et trop fragiles. Difficultés à imposer un nouveau modèle, clivages politiques et sociaux, complexité des enjeux, émergence des ego, rémanence de l’ancien système, ou encore problématique mutation institutionnelle obèrent les avancées. Mais le « mouvement » est là, sous-jacent. Si les illusions se sont envolées, le principe de réalité, lui, s’est imposé : la révolution, et surtout le changement, le progrès, la démocratie ne tiennent pas du hasard ou du miracle. C’est surtout un parcours collectif sur le temps long.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le géant africain s’enlise dans la crise du Tigré. Et les forces centrifuges historiques, ethniques, régionales pourraient accélérer les fractures. Sans compter l’implication de l’Érythrée...Le deuxième pays le plus peuplé du continent doit impérativement réformer son modèle institutionnel, son vivre ensemble pour éviter le crash.

Publié en avril 2021

La disparition brutale d’Hamed Bakayoko, Premier ministre, compagnon de route du président Ouattara, personne clé du dispositif politique, a stupéfié la Côte d’Ivoire. Le pays se relève de ce traumatisme, tout en cherchant à reprendre le cap de la modernisation.

Publié en avril 2021

L’archevêque émérite de Douala s’est éteint le 3 avril à 90 ans. Et avec lui, l’une des figures les plus emblématiques de la lutte pour la démocratie et les libertés au pays de Paul Biya. Il aura notamment lutté jusqu’au bout pour le retour au calme dans les zones anglophones.

Publié en avril 2021