Aller au contenu principal
C'est Comment ?

Mauvaise note

Par Emmanuelle Pontié - Publié en juin 2022
Share
DOM
DOM

Le 16 juin sera célébrée la journée internationale de l’enfant africain, instaurée depuis 1991. Triste commémoration annuelle des jeunes tués lors du soulèvement estudiantin de 1976 à Soweto, en Afrique du Sud. À cette occasion, de nombreux bilans et études sont publiés, rappelant la situation précaire de l’enfance face notamment à l’éducation, première étape de la formation pour un accès à un travail et une intégration optimale dans le monde de demain. Les chiffres de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) brocardent sempiternellement l’Afrique subsaharienne. Parmi toutes les régions du monde, c’est en effet ici que l’on relève le plus fort taux d’exclusion de l’éducation : plus d’un cinquième des enfants âgés de 6 à 11 ans n’est pas scolarisé, suivi par un tiers des 12-14 ans et près de deux tiers des 15-17 ans.

Bien sûr, chez les filles, les indicateurs s’aggravent. Pour des raisons bien connues de pauvreté qui pousse les familles à « investir » sur l’éducation d’un seul garçon ou à rechigner à envoyer leur fille loin du foyer, ou pour des raisons culturelles ou d’attachement au mariage précoce, qui les entraînent à ne pas voir l’intérêt de l’envoyer à l’école.

​​​​​​​D’autres soucis viennent compliquer encore l’accès à la scolarité, comme la pénurie de professeurs formés, la précarité des classes, sans eau courante ni électricité, parfois sans bancs, aux effectifs pléthoriques d’élèves… Et bien entendu, les zones de conflits génèrent année blanche sur année blanche. Alors certes, les politiques d’éducation s’améliorent, on construit des classes, on forme des profs, on lance des campagnes de sensibilisation à l’intention des parents retors, etc. Et les mentalités évoluent. Surtout en ville.

Pourtant, la démographie galopante de ces régions, qui affichent un taux de natalité très élevé, inquiète les spécialistes. Comment absorber demain et après- demain le nombre exponentiel d’enfants et de jeunes en demande d’éducation avec un système déjà totalement dépassé ? Et les projections du dernier Rapport mondial de suivi sur l’éducation de l’UNESCO ne sont pas très optimistes. Il en ressort, entre autres, que la proportion d’enseignants formés en Afrique subsaharienne est en baisse depuis 2000. On prévoit aussi qu’en 2030, 20 % des jeunes et 30 % des adultes ne sauront toujours pas lire… De quoi interroger les pouvoirs publics, qui doivent urgemment revoir leur copie.

Dans la même rubrique

Fin mai 2022, voyage à Tunis, avec les sensations, les différences et les convergences entre ce que l’on lit et l’on entend à l’extérieur et ce que l’on ressent sur place. Cette magnifique baie de Tunis tout d’abord, la mer Méditerranée, lorsque l’on atterrit.

Publié en juin 2022

Le 25 avril, c’était la journée mondiale de lutte contre le paludisme. L’occasion de faire le point sur un fléau majeur qui frappe en priorité le continent africain depuis des décennies, avec un lot de chiffres effarants, que l’on avait presque oubliés pendant les années Covid. 

Publié en mai 2022

Réélu, le président Emmanuel Macron fait face à un pays profondément divisé peuplé d'«Archipels antagonistes», avec une extrême droite à des niveaux historiques. La cinquième puissance mondiale doit se réinventer pour s'ouvrir un avenir. 

Publié en mai 2022