Aller au contenu principal
Révolution

Transformons l'Afrique !

Par Cédric Gouverneur - Publié en juillet 2021
(avec Zyad Limam)
Share
Au Festival sur le Niger de Ségou, au Mali, en 2015.
Au Festival sur le Niger de Ségou, au Mali, en 2015. TIM DIRVEN/PANOS-REA

L’impact socio-économique de la pandémie a été amplifié par les faiblesses structurelles du continent. Le modèle ancien, postcolonial, est-il à bout de souffle ? Il faut réinventer un développement endogène, plus inclusif. Il y va de l’avenir de la jeunesse africaine, des centaines de millions de citoyens hyperconnectés qui, face au manque de perspectives, pourraient être séduits par deux mirages mortifères : l’exil ou l’impasse extrémiste.

Les défis de la jeunesse

L’ÂGE MÉDIAN du continent est d’à peine 20 ans (19,6), contre 30,4 ans à l’échelle du globe. Le Niger, le Tchad, le Mali et l’Ouganda disposent des populations les plus juvéniles de la planète, avec un âge médian de 15-16 ans. En Afrique du Nord, il est un peu plus élevé qu’en Afrique subsaharienne : 28,9 ans pour l’Algérie, 29,7 ans au Maroc, et 32,7 ans en Tunisie. Les pays d’Afrique subsaharienne comportent ainsi mécaniquement peu de personnes âgées, de 2 % à 3 %. Alors que des nations comme le Japon ou la Corée du Sud voient leur population vieillir, la jeunesse de l’Afrique est un atout : elle explique par exemple la faible mortalité due...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Spécialiste de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Éloi Ficquet est le cosignataire, avec d’autres chercheurs, d’une tribune publiée en novembre 2021 dans Le Monde, qui dénonce le risque de génocide. Il est l’auteur, avec Gérard Prunier, de l’ouvrage Understanding Contemporary Ethiopia. Et ne cache pas son pessimisme…

Publié en décembre 2021

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Publié en décembre 2021

Les cinéastes (et jumeaux) gazaouis mettent l’humain au centre de leur second film : ce conte poétique met en lumière une relation inattendue entre un pêcheur et une couturière qui partagent le même goût de liberté.

Publié en décembre 2021