Aller au contenu principal
Archi

Une seconde Maison de la Tunisie à la Cité U

Par Luisa Nannipieri - Publié en avril 2021
sqd
S-A-L-E-M.COM

Le célèbre CAMPUS international universitaire de Paris s’agrandit avec le pavillon Habib Bourguiba.

DEPUIS OCTOBRE DERNIER, la Tunisie peut compter sur deux pavillons dans le parc de la Cité internationale universitaire de Paris. Après la maison édifiée en 1953 par Jean Sebag, ce nouveau bâtiment à l’allure contemporaine et à la façade emblématique a été livré par le cabinet Explorations Architecture. Le défi était de construire une structure où formes, espaces, motifs et lumières concourent à témoigner de la culture et de la vitalité de la Tunisie. Situé en haut du terrain à l’est de la Cité actuelle, le pavillon Habib Bourguiba a été le premier bâtiment construit dans le cadre du développement du campus. Bien visible depuis le périphérique, il comprend 200 chambres, un auditorium, un salon de thé ouvert sur le parc et une salle de lecture. Le tout réalisé dans un espace contraint, obligeant les architectes à jouer avec les plans pour libérer du volume pour les espaces communs. Réalisée en collaboration avec l’artiste tunisien Shoof, la façade est un écran protecteur qui évoque la calligraphie arabo-musulmane et la tradition du moucharabieh. Un bel exemple de comment une approche abstraite peut évoquer la culture du pays de la même façon – sinon mieux – que le recours à des éléments architecturaux spécifiques. 

Dans la même rubrique

Quand la porcelaine de Limoges rencontre le célèbre tissu africain. Une entreprise lancée en 2019 par Absa Char Say.

Publié en avril 2021

Éloi Ficquet est spécialiste de l’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Son dernier ouvrage, coécrit avec Gérard Prunier, s’intitule Understanding Contemporary Ethiopia. Il nous explique que ces tensions, récurrentes en Éthiopie depuis le Moyen Âge, pourraient rebattre les cartes dans toute la région.

Publié en avril 2021

La guerre planétaire entre Spotify et Apple Music ouvre un front sur le très prometteur marché africain. Mais les acteurs locaux n’ont pas dit leur dernier mot.

Publié en avril 2021