Aller au contenu principal
Interview

Yamina Benguigui
« Réaliser un film, c'est lever un tabou »

Par Astrid Krivian - Publié en juillet 2021
Share
BERTRAND RINDOFF PETROFF/GETTY IMAGES
BERTRAND RINDOFF PETROFF/GETTY IMAGES

Son nouveau long-métrage, Sœurs, dépeint la quête identitaire de trois femmes issues de l’immigration, partagées entre la France et l’Algérie. La réalisatrice aborde le thème du déracinement, le poids de la mémoire, les luttes féminines et la difficulté à briser les silences, à bâtir un récit familial.​​​​​​​

Autrice  de  nombreux  documentaires,  dont  le  marquant Mémoires d’immigrés, l’héritage maghrébin, productrice, engagée dans le combat pour les droits des  femmes,  ex-ministre  déléguée à la Francophonie (de 2012 à  2014),  la  cinéaste  présente Sœurs, son deuxième film de fiction, vingt ans après Inch’Allah dimanche. Porté par un souffle dramatique et un casting quatre étoiles (dont l’écrivaine Faïza Guène, pour son premier rôle au cinéma), il raconte les tiraillements identitaires de trois sœurs franco-algériennes – Isabelle Adjani en alter ego de Yamina Benguigi, Rachida Brakni et Maïwenn. Partagées entre les deux rives de la Méditerranée, elles nourrissent également l’espoir de retrouver leur frère, enlevé durant leur enfance par leur père. De retour sur la terre de leurs aïeux, elles assistent à la naissance du Hirak, le soulèvement du peuple algérien. Reliant la petite et la grande histoire, cette œuvre, où l’émotion affleure tant dans les cris qu’à travers les silences, explore des thèmes chers à la réalisatrice, cette fois à travers le prisme du « je » : le déracine-ment, la complexité à trouver sa place en tant qu’enfants issus de l’immigration, la lutte des femmes pour leur indépendance, la difficulté à raconter l’histoire familiale, à briser les non-dits, exhumer le passé, édifier une mémoire.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Pays de plus de 100 millions d’habitants, au cœur du continent, marqué par un fleuve qui court sur plus de 4 700 km, la République démocratique du Congo demeure un géant aux pieds d’argile. Gouvernance hasardeuse, mal-développement, en proie à la voracité de ses voisins comme d’une partie de ses élites… Le « projet » reste douloureusement inachevé et permanent. Les richesses et les atouts sont pourtant là : la population, le potentiel hydraulique, les mines et le sous-sol. Sans compter une créativité bouillonnante qui rayonne bien au-delà des frontières.

Publié en août 2021

Il fut le numéro deux ivoirien, destiné à devenir le numéro un. En juillet dernier paraissaient à Abidjan les mémoires d’Amadou Gon Coulibaly, décédé brutalement un an auparavant.Un récit écrit de septembre 2019 à mars 2020, devenu un témoignage intime, politique et bouleversant. Extraits.

Publié en août 2021

Première Tunisienne à intégrer l’Actors Studio, férue d’anthropologie et de cinéma, elle enchaîne peu à peu les castings et les productions outre-Atlantique et en Europe en imposant un éclectisme particulier et une silhouette de madone. Retour sur un début de success-story qui nous embarque de Tunis à New York, en passant par Palerme.

Publié en août 2021