Aller au contenu principal
Tunisie

Abir Moussi, seule contre tous

Par FRIDA DAHMANI - Publié en décembre 2020
Share
À l’Assemblée, le portrait de Bourguiba orne le pupitre de la députée. Ici, le 26 février 2020, lors du vote de confiance au gouvernement Elyes Fakhfakh, dont elle était la principale opposante. CHOKRI MAHJOUB/ZUMA WIRE/RÉA

Députée, présidente du Parti destourien libre, héritière du bourguibisme et du benalisme, elle s’installe comme la cheffe de l’opposition. Et comme l’ultime rempart contre les islamistes d’Ennahdha. Portrait sous forme de dictionnaire particulier.

Dans un milieu où les femmes émergent avec difficulté, Abir Moussi tient la dragée haute au monde politique tunisien. Tous la considèrent comme une rivale de taille et le traitement sans concession qu’elle inflige aux islamistes fait l’effet d’un baume au cœur pour les transfuges du camp dit des modernistes, de plus en plus nombreux à la soutenir. À 45 ans, la présidente du Parti destourien libre (PDL) en impose et semble capable de damer le pion aux islamistes, ou du moins de contrecarrer leur tentative d’hégémonie. Sa carrière, sa manière très construite de s’exprimer, son aisance en public et ses gestes précis suggèrent une personne affirmée et droite dans ses bottes. Elle est ainsi devenue l’égérie des tenants de la loi et de l’ordre, dans la continuité de l’ancien régime, au sein duquel l’ex-avocate a effectué ses premiers pas en politique. Celle qui maîtrise les effets de manche a quitté le prétoire pour rejoindre l’hémicycle, une scène où elle déclame comme une prima donna des pamphlets contre les islamistes, qu’elle considère comme terroristes. Sa position est sa promesse politique essentielle : l’éradication des islamistes tunisiens, pas moins. Pasionaria, sans doute… Elle est surtout une femme politique, qui travaille d’abord à sa popularité, et séduit une fraction des anti-islamistes par son attitude de va-t-en-guerre. Grâce à cette attitude sans concessions, elle se démarque et amasse de plus en plus de soutiens. Mais elle peine à déléguer au sein de son parti et semble ne faire confiance qu’à elle-même. Elle prend ainsi un risque pour des échéances électorales importantes à venir, dont les municipales de 2022. Les sondages corroborent régulièrement le fait que le PDL lui doit d’avoir le vent en poupe, mais disent aussi que les Tunisiens ne sont pas pour autant prêts à élire une femme à la magistrature suprême. Abir Moussi sait qu’il est difficile pour une femme arabe de concrétiser ses ambitions politiques, mais elle n’est pas disposée à jouer un rôle subalterne. « Elle connaît l’État profond, elle pourrait être cheffe du gouvernement », estime un ancien conseiller de Ben Ali. Mais cela impliquerait qu’Abir Moussi revoie sa stratégie et s’ouvre au dialogue avec d’autres partis. Une démarche qu’elle ne semble pas être disposée à effectuer et qui ne semble pas figurer à son agenda. « D’ici à 2024, beaucoup de choses vont se produire, mais il est certain qu’Abir ne va pas ronger son frein ; les choses se feront avec elle », assure en confidence un membre du bureau politique du PDL, qui rappelle la nécessité de changer la loi électorale pour une réelle représentativité démocratique.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Outre Kamala Harris, deux femmes incarnent la révolution sociétale en cours aux États-Unis, après quatre années de trumpisme : Cori Bush, figure de Black Lives Matter élue dans le Missouri, et Stacey Abrams, dont l’activisme a permis de faire basculer la Géorgie dans le camp démocrate.

Publié en janvier 2021

Succès phénoménal et quasi planétaire, sa bande dessinée autobiographique L’Arabe du futur évoque une enfance légèrement « schizophrène » entre la Libye, la Syrie et la France. Dans ce nouveau et cinquième tome, l’auteur franco-syrien fait le récit à la fois désopilant et émouvant de son adolescence, marqué par ses premiers émois amoureux, l’art, les livres. Et le père absent, en rupture.

Publié en janvier 2021

Dans son nouveau long-métrage, L’Homme qui a vendu sa peau, la cinéaste tunisienne retrace sans concessions les épreuves d’un réfugié syrien devenu œuvre d’art vivante en se faisant tatouer le dos et qui gagne sa liberté au prix d’un pacte faustien. Rencontre avec celle qui a été acclamée par la critique à Cannes avec La Belle et la Meute en 2017.

Publié en janvier 2021

ON EN PARLE

Le temps d’un confinement, LA CHANTEUSE TUNISIENNE a réinterprété les classiques de son répertoire et ceux des artistes avec qui elle a grandi.

Publié en janvier 2021

Son mélange de musiques traditionnelles et de trap fait de cette chanteuse aux multiples origines une ARTISTE À SUIVRE.

Publié en janvier 2021

Originaires du nord du Bénin, CES JEUNES FILLES s’approprient le rock avec une énergie aussi épatante que contagieuse.

Publié en janvier 2021

L’originalité de l’écrivain camerounais n’est plus à démontrer. Il fait partie de cette NOUVELLE GÉNÉRATION d’auteurs, qui utilisent l’oralité, le rire et les sons pour partager leur vision du monde.

Publié en janvier 2021

Ce Ghanéen installé en Arizona met sa CRÉATIVITÉ au service de la communauté et du lien urbain.

Publié en janvier 2021

BUSINESS

Le magnat du ciment a pour objectif de faire entrer son groupe au classement des 100 entreprises mondiales qui connaissent la plus forte croissance.

Publié en janvier 2021

En dix ans, plus de 50 milliards de dollars ont été investis dans le secteur, hissant Tanger Med, Port-Saïd et Djibouti parmi les 50 premiers ports mondiaux. Mais avec les effets du Covid-19 et le défi de l’hinterland, l’activité reste sous tension.

Publié en décembre 2020

La page sombre des relations entre les États-Unis de Donald Trump et le continent se tourne. L’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche devrait restaurer des relations économiques plus dynamiques. Même si le concept d’«America First» restera dominant. L’Afrique devra se montrer plus attractive.

Publié en décembre 2020

La pandémie précipite la révolution numérique: enseignes traditionnelles et fintechs multiplient les innovations pour basculer dans une nouvelle ère.

Publié en décembre 2020

Longtemps considérée comme une fatalité et un fléau, celle-ci fait vivre 85,8 % des actifs africains. Pour doper la croissance et la création d’emplois, les autorités et les bailleurs de fonds multiplient les stratégies pour l’intégrer dans l’économie réelle.

Publié en novembre 2020

Depuis 2005, la société de recrutement Aldelia a mis en relation 55000 Africains avec des entreprises. En avril, son fondateur a lancé Areeba Jobs, première plate-forme de matching professionnel sur le continent. Il nous livre ses impressions sur la reprise postpandémique, la future zone de libre-échange continentale et le marché de l’emploi.

Publié en novembre 2020

DOSSIERS ET DECOUVERTES

Réélu, Alassane Ouattara est au centre de l’échiquier. Et au pilotage d’un nouveau mandat crucial pour le pays. Stabilité, émergence, accélération des réformes et transition générationnelle seront au cœur des enjeux.

Publié en janvier 2021

Après s’être imposé comme un hub logistique majeur, le pays s’engage résolument dans la montée en gamme et la diversification de son écosystème.

Publié en décembre 2020

2011-2021… En dix ans, le pays s’est profondément transformé, renouant avec la croissance malgré une menace sécuritaire accrue. Visite sur les bords du grand fleuve au moment où se prépare l’avenir.

Publié en novembre 2020