Aller au contenu principal
Musique

Emel
Revisiter l’essentiel

Par Sophie Rosemont - Publié en janvier 2021
Share
img
EBRU YILDIZ - DR (2)

Le temps d’un confinement, LA CHANTEUSE TUNISIENNE a réinterprété les classiques de son répertoire et ceux des artistes avec qui elle a grandi.

AU PRINTEMPS 2020, Emel rend visite à sa famille, à Tunis, pour fêter l’anniversaire de son père… juste avant que le confinement ne l’empêche de repartir à New York, sa ville d’adoption. La voici ainsi avec sa fille dans la maison de son enfance, où trois générations cohabitent dans une harmonie inattendue, propice à la création.

EMEL, The Tunis Diaries, Partisan Records

La chanteuse replonge alors dans ses racines musicales. Sur deux parties (« Day » et « Night »), elle propose des réinterprétations de son propre corpus – de « Ma Lkit » à « Sallem » –, puis des reprises de Nirvana à David Bowie (exceptionnelle version de « The Man Who Sold The World »), en passant par Rammstein. Après Everywhere We Looked Was Burning, paru en 2019, qui a confirmé sa popularité outre-Atlantique, Emel nous offre The Tunis Diaries, son projet le plus intime. Elle témoigne également d’un engagement qui est le sien depuis toujours : n’oublions pas que sa chanson « Kelmti Horra » est devenue l’hymne du Printemps arabe tunisien… 

Dans la même rubrique

Le Musée du quai Branly examine le lien entre plus de 150 ŒUVRES CONTEMPORAINES et les arts africains anciens. «UN PATRIMOINE, cela se défait, cela se triture, cela se recompose, cela se réinvente continûment. ».Ces mots du philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne, dans un texte consacré à l’événement, résument le but que s’est fixé le commissaire de l’exposition, Philippe Dagen : proposer une scénographie conversationnelle mettant en lumière les relations entre la création actuelle et les arts africains anciens.

Publié en février 2021

Changer de vie non pas une, ni deux, mais trois fois. Se reconstruire entièrement pour aller de l’avant. Survivre à l’accident, à la maladie aussi. Pour Steves Hounkponou, « instapreneur », consultant, styliste, c’est une réalité. Et une attitude de vie qu’il partage dans sa biographie, récit cinglant des coulisses de la mode et précis de réussite individuelle.

Publié en février 2021

LE MAÎTRE MALIEN ACCORDE LA BEAUTÉ de sa kora aux harmonies d’autres cultures. Dans son dernier single « Frotter les mains », extrait de l’album Djourou, le virtuose dialogue avec le rappeur Oxmo Puccino.

Publié en février 2021