Aller au contenu principal

NSIA, un nouvel élan
pour ses 25 ans

Par Jean-Michel Meyer - Publié en février 2021
Share
img
THIERRY GOUEGNON/REUTERS

​​​​​​​Le groupe de bancassurance ivoirien a résisté en 2019 et en 2020 et se tient prêt pour un rebond de l’économie africaine, qu’il attend cette année.

Le groupe NSIA (Nouvelle société interafricaine d’assurance), qui a fêté ses 25 ans d’existence en 2020, a la vigueur de sa jeunesse. Le leader du secteur de la bancassurance en Afrique de l’Ouest et centrale, avec une implantation dans 12 pays, a bien résisté à la mauvaise conjoncture. « NSIA a réalisé une très bonne performance opérationnelle en 2019 », s’est réjoui le PDG, Jean Kacou Diagou, le 22 décembre dernier, lors de la présentation des comptes pour 2019. Le groupe, qui compte 2 800 salariés, a ainsi affiché un chiffre d’affaires en progression, à 258,9 milliards de francs CFA, contre 256,8 milliards pour 2018. Sa capacité de résistance par temps de crise s’est reflétée dans la hausse du résultat net, passant d’une perte de 366 millions de francs CFA en 2018 à un bénéfice de 15 milliards de francs CFA l’année suivante. Dans un contexte économique tendu, ses deux pôles majeurs ont fait face, présentant un résultat net en hausse de 7,5 milliards de francs CFA pour le pôle assurances...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Comment oublier 2020 ? Dans cette crise en forme de poupées russes où se sont emboîtées des crises sanitaire, économique et sociale sur fond de crise écologique, l’Afrique a subi en 2020 sa première récession depuis vingt-cinq ans. « Aucun des chocs enregistrés ces trente dernières années, y compris les plus récents : crise financière de 2009, Printemps arabes en 2011 et la chute des cours des matières premières en 2015 et 2016, n’avait eu un tel impact sur l’activité », résume Yasmine Osman, économiste au département Afrique de l’Agence française de développement (AFD), l’une des auteures de l’ouvrage de l’agence intitulé « L’économie africaine 2021 », qui vient de paraître aux éditions La découverte.

Publié en mars 2021

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) se cherchait un directeur général depuis six mois. C’est la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala qui a été élue à ce poste pour quatre ans. Première femme et première Africaine à diriger cette institution, elle a la lourde tâche de relancer un organisme paralysé et largement déconsidéré.

Publié en février 2021

80 % des médicaments consommés sur le continent sont importés. Et aujourd’hui, il faudrait mener une campagne de vaccination de très grande ampleur sans aucune capacité de production du vaccin sur place. Une dépendance criante et dangereuse.

Publié en février 2021