Aller au contenu principal

Roch Kabore, la voie de la sagesse

Par Yves Censi - Publié en novembre 2020
Share
Yves Censi

 

Yves CENSI est membre honoraire de l’Assemblée Nationale, Député et Vice-président de la Commission des Finances de 2002 à 2017, ancien conseiller du Président de la République Jacques CHIRAC à l’Élysée.

Rarement un chef d’État aura dû affronter autant de crises internationales que le Président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kabore, au cours des cinq années de son mandat. On dit que c’est dans les épreuves tragiques que se forge la sagesse des hommes d’État : à cette aune, Kabore aura traversé avec succès tous ses baptêmes du feu, et maintient le cap de la transformation du Pays.

Rien n’aura épargné le Burkina Faso, son Président et son Gouvernement, qui ont été confrontés depuis 2015 à des turbulences d’une brutalité sans précédent. Ces crises ressemblent étonnamment, par leur nature, à celles des États occidentaux : terrorisme djihadiste d’une extrême violence, pandémies mondiales, chocs économiques, mise à l’épreuve des démocraties et de l’appareil d’État, nécessité d’assurer la continuité des services régaliens, de la sécurité, de la santé, de l’éducation et des infrastructures. Les observateurs commettraient une erreur en croyant qu’il existe un problème Burkinabé qui s’internationalise. En réalité, ce sont les crises mondialisées qui se sont imposées au Burkina Faso. Et le Burkina résiste. Le Burkina avance.

Tous ces évènements se sont abattus sur le Pays avec une violence inouïe en comparaison des expériences Françaises et Européennes. Dans ce chaos international, le Président Burkinabé a fait figure de rempart et de stabilisateur, en évitant d’un côté l’enlisement dans les lenteurs du G5 Sahel, et de l’autre les aventures hasardeuses et explosives sur lesquelles se sont funestement engagés d’autres pays. La tempérance obstinée de Roch Kabore a été déterminante. Sous sa présidence et loin des exaltations extrémistes, elle a permis au Burkina Faso de poursuivre sa longue marche vers les réformes et la réconciliation démocratique, maintenant le cap de la résilience nationale malgré la forte pression sécuritaire.

Le Burkina Faso s’impose aujourd’hui comme le dernier verrou permettant de bloquer l’expansion sous régionale du djihadisme. Kabore a intégré dans sa vision le rôle de la France. L’État Français présent à ses côtés au Sahel, le sait. Les conséquences humanitaires n’ont pas non plus été contournées. Churchill disait : « Si tu traverses l’enfer, avance ! ». Ainsi Kabore a-t-il fait le choix de gérer, avec l’aide du HCR, l’inévitable drame d’un déplacement massif de populations face aux attaques terroristes, tout en évitant une catastrophe sanitaire consécutive à la Covid19 particulièrement agressive à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou. Il a aussi fallu maintenir le fonctionnement démocratique en adaptant la logistique électorale à cette situation, après avoir géré une transition politique à haut risque. Un travail de titan en plein état de guerre. Dans le même temps, sous le feu des attaques de villages, le Burkina a été parmi les premiers à organiser un confinement, mettant en place la gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans, ainsi qu’un programme anti radicalisation, de formation et d’emploi des jeunes en proie aux recrutements djihadistes.

Le contexte sécuritaire aurait pu stopper net les programmes de développement, mais ce serait sans compter avec la petite équipe de jeunes ministres de haut niveau soudée derrière son « sage », comme Eric Bougouma aux Infrastructures ou le Dr Bachir Ouedraogo à l’Énergie. Ainsi en cinq ans, la proportion de routes bitumées est passée de 24 % à 42 %, les pistes rurales aménagées de 27 % à 43 %, le taux d’accès des populations à l’électricité de 18 % à 45 %, avec notamment la mise en service de la plus grande centrale solaire de la sous région (la puissance atteindra 600 MW en 2025). Et la croissance moyenne parvient à dépasser les 6 %.

« Si tu veux tracer un sillon droit, porte ton regard sur une étoile ». Il est probable que les avancées incontestables de « Roch », dans ce contexte difficile, reposent à la fois sur ses qualités personnelles dont la patience et la tempérance demeurent les atouts maîtres, mais aussi sur l’application déterminée d’un projet qui préserve l’avenir économique, social et démocratique du Burkina Faso. En l’espèce, c’est le seul pari gagnant. Comme partout, les mouvements djihadistes cherchent à déstabiliser puis détruire le Burkina Faso en poussant à la haine et à l’aventure mortifère, faisant de l’Afrique de l’Ouest leur nouvelle base arrière. Souhaitons, pour l’Afrique comme pour l’Europe, que les prochaines échéances Burkinabées consacrent une nouvelle fois la victoire de la sagesse.

ON EN PARLE

Le temps d’un confinement, LA CHANTEUSE TUNISIENNE a réinterprété les classiques de son répertoire et ceux des artistes avec qui elle a grandi.

Publié en janvier 2021

Son mélange de musiques traditionnelles et de trap fait de cette chanteuse aux multiples origines une ARTISTE À SUIVRE.

Publié en janvier 2021

Originaires du nord du Bénin, CES JEUNES FILLES s’approprient le rock avec une énergie aussi épatante que contagieuse.

Publié en janvier 2021

L’originalité de l’écrivain camerounais n’est plus à démontrer. Il fait partie de cette NOUVELLE GÉNÉRATION d’auteurs, qui utilisent l’oralité, le rire et les sons pour partager leur vision du monde.

Publié en janvier 2021

Ce Ghanéen installé en Arizona met sa CRÉATIVITÉ au service de la communauté et du lien urbain.

Publié en janvier 2021

BUSINESS

Le magnat du ciment a pour objectif de faire entrer son groupe au classement des 100 entreprises mondiales qui connaissent la plus forte croissance.

Publié en janvier 2021

En dix ans, plus de 50 milliards de dollars ont été investis dans le secteur, hissant Tanger Med, Port-Saïd et Djibouti parmi les 50 premiers ports mondiaux. Mais avec les effets du Covid-19 et le défi de l’hinterland, l’activité reste sous tension.

Publié en décembre 2020

La page sombre des relations entre les États-Unis de Donald Trump et le continent se tourne. L’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche devrait restaurer des relations économiques plus dynamiques. Même si le concept d’«America First» restera dominant. L’Afrique devra se montrer plus attractive.

Publié en décembre 2020

La pandémie précipite la révolution numérique: enseignes traditionnelles et fintechs multiplient les innovations pour basculer dans une nouvelle ère.

Publié en décembre 2020

Longtemps considérée comme une fatalité et un fléau, celle-ci fait vivre 85,8 % des actifs africains. Pour doper la croissance et la création d’emplois, les autorités et les bailleurs de fonds multiplient les stratégies pour l’intégrer dans l’économie réelle.

Publié en novembre 2020

Depuis 2005, la société de recrutement Aldelia a mis en relation 55000 Africains avec des entreprises. En avril, son fondateur a lancé Areeba Jobs, première plate-forme de matching professionnel sur le continent. Il nous livre ses impressions sur la reprise postpandémique, la future zone de libre-échange continentale et le marché de l’emploi.

Publié en novembre 2020

DOSSIERS ET DECOUVERTES

Réélu, Alassane Ouattara est au centre de l’échiquier. Et au pilotage d’un nouveau mandat crucial pour le pays. Stabilité, émergence, accélération des réformes et transition générationnelle seront au cœur des enjeux.

Publié en janvier 2021

Après s’être imposé comme un hub logistique majeur, le pays s’engage résolument dans la montée en gamme et la diversification de son écosystème.

Publié en décembre 2020

2011-2021… En dix ans, le pays s’est profondément transformé, renouant avec la croissance malgré une menace sécuritaire accrue. Visite sur les bords du grand fleuve au moment où se prépare l’avenir.

Publié en novembre 2020