Aller au contenu principal

2027, enfin une monnaie unique pour l’Afrique de l’Ouest ?

Par Jean-Michel Meyer - Publié en août 2021
Share
Si tout se passe comme prévu, d’ici six ans, le FCFA et le naira nigérian auront fusionné.SHUTTERSTOCK
Si tout se passe comme prévu, d’ici six ans, le FCFA et le naira nigérian auront fusionné.SHUTTERSTOCK

Malgré la crise du Covid-19 et d’importantes disparités entre ses membres, la CÉDÉAO croit encore en son projet de devise commune, qui a été ravivé par l’annonce de la fin du franc CFA. Mais s’ils veulent que l’éco devienne une réalité, les 15 États vont devoir collaborer plus que jamais.

Moment historique ou nouvel épisode d’un feuilleton sans fin ? Le 19 juin, les chefs d’État des quinze pays de la Communauté économique des État d’Afrique de l’Ouest (CÉDÉAO) décidaient du lancement de l’éco, une monnaie commune. « Nous avons une nouvelle feuille de route et un nouveau pacte de convergence qui couvrira la période entre 2022 et 2026, puis 2027 sera l’année de lancement de l’éco », a détaillé le président de la commission de la CÉDÉAO, Jean-Claude Kassi Brou.

Cette révolution monétaire s’effectuera en deux phases. D’abord, les pays qui disposent de leur propre devise (Cap-Vert, Gambie, Ghana, Guinée, Liberia, Nigeria et Sierra Leone) réuniront leurs efforts pour lancer une monnaie commune. Ensuite, les huit membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) – Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo –, qui ont en commun le franc CFA, devraient s’y greffer, afin que tous utilisent cette même monnaie en 2027. D’ici là, les pays de la zone franc devront achever les réformes du FCFA engagées fin 2019, avec la signature d’un nouveau traité monétaire avec Paris. Il reviendra aux Parlements des huit pays de ratifier le texte, alors qu’un mouvement très actif, désireux de couper tous les liens avec la France dans ce domaine, se fait entendre.

Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies, le 22 mars à Addis-Abeba. MINASSE WONDIMU HAILU/ANADOLU AGENCY/AFP
Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies, le 22 mars à Addis-Abeba. MINASSE WONDIMU HAILU/ANADOLU AGENCY/AFP

 

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Afrique du Sud, Maroc, Algérie, Sénégal… Les projets pour fabriquer des doses sur le continent se multiplient – sans encore briser sa dépendance.

Publié en août 2021

Dans les années à venir, l’Afrique va devoir se doter de plus de 700 centres de données, si elle veut profiter du boom du secteur et assurer sa souveraineté numérique.​​​​​​​

Publié en août 2021

Un mouvement inédit de création d’entreprises a pu émerger grâce à un cadre de plus en plus favorable et l’intérêt croissant des investisseurs.

Publié en août 2021