Aller au contenu principal
Président du groupe Advens-Geocoton

Abbas Jaber : « L’avenir du monde se joue en Afrique »

Par ESTELLE MAUSSION - Publié en juillet 2017
Share
Personnage truculent, largement self-made-man, ancien trader de matières premières, ce Franco-Sénégalais d’origine libanaise est devenu un acteur incontournable de la filière cotonnière, après avoir connu un destin contrasté avec l’arachide et Suneor. Il croit plus que jamais au potentiel agricole du continent. Un paramètre de sécurité et de survie pour des millions de personnes. Mais aussi le chemin vers une nouvelle place, centrale, sur l’échiquier mondial.
 
C’est une personnalité à part dans le paysage agro-industriel africain. Le patron d’un grand groupe qui aime recevoir en simple chemise, veste et baskets. Un investisseur avec de l’intuition mais qui n’échappe pas aux critiques ni aux difficultés. Un homme à trois cultures, fils de parents libanais né en 1958 à Dakar (et qui a grandi à Thiès), alors que le Sénégal était une colonie française. Ce sont les multiples facettes d’Abbas Jaber, fondateur d’Advens- Geocoton, poids lourd de la filière coton en Afrique subsaharienne, également actif dans la logistique et le négoce. Son groupe, dont le siège est installé non loin de l’Arc de Triomphe à Paris, est présent dans une quinzaine de pays.
 
Grâce à la vente d’huile et de fibre (sur le continent et en Asie principalement), il a...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022