Aller au contenu principal
Interview

Abd Al Malik
« L’urgence de tisser des liens »

Par Fouzia Marouf - Publié en mars 2021
Abd El Malik
 Abd Al Malik - AMANDA ROUGIER/AFRIQUE MAGAZINE

Engagé, ce rappeur et écrivain passionné de poésie vient de publier Réconciliation, ouvrage confession dans lequel il raconte en toute liberté les maux de ses contemporains et son histoire française.

Les oeuvres Abd El Malik

D’un calme olympien, béret vissé sur la tête, Abd al Malik est un auteur au contact direct Instantanément, avec son regard profond, son aura naturelle, on l’imagine jouer un rôle de Juste dans Shadows (1958), de John Cassavetes. Né à Paris en 1975, il déménage avec ses parents en République du Congo où il vit jusqu’à l’âge de 6 ans, entouré d’une famille chaleureuse. Le jeune Régis Fayette Mikano (de son vrai nom) quitte alors ces rives plantureuses pour Strasbourg et le quartier melting-pot du Neuhof, avec ses communautés venant du Maghreb, de Turquie, d’Asie et d’Afrique subsaharienne. Une véritable Tour de Babel des temps modernes  régie par une règle d’or : la solidarité. Adolescent amoureux des mots, poète maniant la rime avec  brio et témoin d’un quotidien parfois âpre, il crée avec son frère aîné Bilal le groupe de rap New African Poets (N.A.P.), en 1988. Animé par un éveil à la spiritualité, il se convertit au soufisme durant son adolescence et prend le nom d’Abd al...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

En ces temps de Covid-19, de pandémie, de déprime globale, il nous a semblé salutaire de nous intéresser à ces précurseurs, à ces femmes et hommes qui veulent changer le monde, à leur manière et avec leurs talents. Elles et ils sont tous africains (d’origine, de résidence, de naissance, whatever), ce qui confirme, pour ceux qui en douteraient encore, à quel point le continent est créateur, engagé dans la marche et les changements du monde. Et que pour celles et ceux qui grandissent aujourd’hui de Tunis à Casablanca, d’Abidjan à Lagos, de Yaoundé à Johannesbourg, tout est possible, y compris la conquête des étoiles...

Publié en mars 2021

Après le succès de ses ouvrages autobiographiques Famille nombreuse et Nos vacances au bled, la bédéiste signe un nouveau roman graphique, Rien à perdre. Avec son ton léger et sa délicatesse, elle raconte la souffrance causée par sa forte poitrine et expose un sujet encore tabou.

Publié en février 2021

Témoins de premier plan, ils et elles sont économistes, politiciens, membres de la société civile ou observateurs extérieurs, et analysent pour Afrique Magazine les embûches qu’a dû affronter le pays durant cette décennie historique, qui a vu fleurir un début de démocratie.

Publié en février 2021