Aller au contenu principal
Interview

Abd Al Malik
« L’urgence de tisser des liens »

Par Fouzia Marouf - Publié en mars 2021
Share
Abd El Malik
 Abd Al Malik - AMANDA ROUGIER/AFRIQUE MAGAZINE

Engagé, ce rappeur et écrivain passionné de poésie vient de publier Réconciliation, ouvrage confession dans lequel il raconte en toute liberté les maux de ses contemporains et son histoire française.

Les oeuvres Abd El Malik

D’un calme olympien, béret vissé sur la tête, Abd al Malik est un auteur au contact direct Instantanément, avec son regard profond, son aura naturelle, on l’imagine jouer un rôle de Juste dans Shadows (1958), de John Cassavetes. Né à Paris en 1975, il déménage avec ses parents en République du Congo où il vit jusqu’à l’âge de 6 ans, entouré d’une famille chaleureuse. Le jeune Régis Fayette Mikano (de son vrai nom) quitte alors ces rives plantureuses pour Strasbourg et le quartier melting-pot du Neuhof, avec ses communautés venant du Maghreb, de Turquie, d’Asie et d’Afrique subsaharienne. Une véritable Tour de Babel des temps modernes  régie par une règle d’or : la solidarité. Adolescent amoureux des mots, poète maniant la rime avec  brio et témoin d’un quotidien parfois âpre, il crée avec son frère aîné Bilal le groupe de rap New African Poets (N.A.P.), en 1988. Animé par un éveil à la spiritualité, il se convertit au soufisme durant son adolescence et prend le nom d’Abd al...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que son actualité ne soit pas toujours des plus joyeuses ces dernières années, le pays regorge de personnalités talentueuses et passionnées qui redonnent foi en l’avenir. Petit tour d’horizon des profils les plus enthousiasmants.

Publié en juillet 2021

Son nouveau long-métrage, Sœurs, dépeint la quête identitaire de trois femmes issues de l’immigration, partagées entre la France et l’Algérie. La réalisatrice aborde le thème du déracinement, le poids de la mémoire, les luttes féminines et la difficulté à briser les silences, à bâtir un récit familial.

Publié en juillet 2021

Cette plasticienne inclassable franco-algérienne sublime le corps des femmes dans une œuvre foisonnante. Après son exposition personnelle « Eden » à la galerie Cécile Fakhoury, à Paris, en février dernier, elle est actuellement présente à la Maison des arts de Malakoff.

Publié en juillet 2021