Aller au contenu principal
Bilatérale

Algérie-Maroc, un très coûteux divorce

Par Jean-Michel Meyer - Publié en octobre 2021
Share

En rompant ses relations diplomatiques avec Rabat, Alger écarte une nouvelle relance des relations économiques complémentaires entre les deux pays et porte un coup rude à l’intégration régionale, pourtant chaque jour un peu plus urgente.

Le feu couvait, avec en toile de fond la question du Sahara occidental et les nouveaux liens tissés entre le royaume chérifien et Israël. L’annonce a claqué le 24 août, sèche. « L’Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc à partir d’aujourd’hui », a lancé le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

SHUTTERSTOCK
SHUTTERSTOCK

La décision est tombée en pleine renégociation du contrat de transit du gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui arrive à expiration le 31 octobre. Ce tube d’acier de 1 300 kilomètres de long (13 milliards de m3 de gaz acheminés par an), dernier lien économique officiel entre les deux pays, relie depuis 1996 les gisements algériens d’Hassi R’Mel à Cordoue, en Espagne, via le Maroc.

La situation est très confuse. Le royaume souhaite reconduire le contrat de transit qui lui a rapporté 51 millions de dollars en 2020 et permis d’alimenter en gaz algérien deux de ses centrales thermiques. Mais dès le 26 août, l’Algérie s’engageait « à couvrir l’ensemble des...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que les terres rares soient indispensables aux transitions énergétique et numérique du continent, leur extraction est polluante. C’est ce dont nous met en garde Emmanuel Hache, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et chercheur associé à EconomiX CNRS Paris Nanterre.

Publié en novembre 2022

Les projets d’extraction se multiplient sur le continent : ces minéraux, véritables « vitamines » de la transition bas carbone et des technologies numériques, proviennent pour le moment surtout de Chine. Les Occidentaux entendent donc réduire leur dépendance envers Pékin en se tournant vers l’Afrique. Mais attention aux écueils…

Publié en novembre 2022

Le nouveau président William Ruto met fin à dix ans d’interdiction des organismes génétiquement modifiés, au grand dam des associations de défense de l’environnement.

Publié en novembre 2022