Aller au contenu principal
Entretien

Aliam Karim Rizzi
« Libérez les sens pour retrouver la plénitude de soi »

Par Astrid Krivian - Publié en décembre 2020
Share
DR

Brisant tabous et conventions, ce praticien tantrique relie corps et esprit pour éveiller la conscience. C’est la découverte de sa berbérité qui a tout déclenché. Il envisage le plaisir et la sensualité comme une quête de vérité personnelle. En particulier pour les hommes, contraints par les stéréotypes et les silences.

Sa grand-mère kabyle était descendante d’une lignée de gâbla, sages-femmes traditionnelles du Maghreb. À travers le tantrisme, Aliam Karim Rizzi accomplit une autre forme de maïeutique : l’éveil de la conscience, la connaissance de soi par l’exploration des sens, du désir, de l’énergie vitale. Né en France en 1978 et établi aujourd’hui à Bruxelles, il est praticien tantrique depuis dix-sept ans. Également formé au coaching personnel, il a mené sa quête spirituelle auprès de chamanes équatoriens, mexicains ou encore d’un maître guérisseur vietnamien. Son ouvrage, Tantra, intimité au masculin, témoigne de sa pratique contemporaine d’une ancienne tradition dérivée de l’hindouisme. Approche holistique, énergétique, incarnée, reliant corps et esprit, extase sensuelle et mystique, où le toucher est un soin, le tantrisme est une voie de libération, une quête de plénitude et de vérité débarrassée des injonctions sociales. Témoin des carences, des blessures des hommes qu’il accompagne, l’auteur questionne l’identité masculine, le poids des conditionnements. Et prône une sexualité vécue en pleine conscience, outil de réalisation personnelle.

AM : Qu’est-ce que le tantrisme ?

Aliam Karim Rizzi : C’est une ancienne branche de l’hindouisme, qui a intégré le corps et la sexualité dans le cadre rituel, dans le respect d’une égalité hommesfemmes aussi. Le tantrisme cherche l’éveil de la conscience à travers les sens. Il transcende les limites et les séparations entre les hommes et les femmes, entre les classes, même entre les religions. Son but est de libérer l’individu, de faire tomber le masque. Il prône un code moral intégré au sein de l’être. Un courant du tantrisme consacre l’union sexuelle comme un acte rituel. Au fil de mon parcours spirituel, j’ai rencontré beaucoup de personnes qui restaient dans l’abstraction. Plutôt que d’étudier des textes sacrés, on passe par le corps, par les sens pour les dépasser. Un peu comme ces rares moments dans la sexualité où d’intenses sensations nous submergent, provoquant une perte de repères, de contrôle. On devient alors conscience.

Les pulsions sont aussi une ressource pour faire circuler les énergies et les amener à un niveau plus élevé ?

L’un des axes de ma pratique est d’explorer les sensations. Au lieu de répondre directement au désir, on le canalise, on l’éprouve, on le vit, on l’expérimente, on le goûte pour l’amener plus haut. Comme un bon vin : il n’étanche pas notre soif, mais on en déguste les moindres subtilités. Il ne s’agit pas de consommer, mais de développer quelque chose, qui laisse une empreinte. J’adapte ma pratique selon les individus. Certains DR me confient ne plus avoir de sexualité dans leur couple et ne veulent pas tromper leur partenaire. Comment vivre alors une sexualité ? C’est un sacré challenge. 

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022