Aller au contenu principal
Hommage

Amadou Gon Coulibaly
Le destin interrompu

Par zlimam - Publié en août 2020
Share
C’était le numéro deux, l’homme de confiance depuis trois décennies, Premier ministre et candidat à la présidence. Au centre de l’architecture de la politique du pays, la clé de la succession d’Alassane Ouattara. Il est mort « au boulot », à l’issue du Conseil des ministres, le 8 juillet, à Abidjan. Portrait vivant d’un homme de très grande qualité.
 
Amadou Gon Coulibaly est parti.
Il est mort « grand », me souffle l’un de ses amis très proches.
Il est mort Premier ministre de la Côte d’Ivoire.
Il est mort candidat à la présidence de la République.
Il est mort « au boulot », pour reprendre l’une de ses expressions favorites.
Il est mort chez lui, au pays.
Nous nous étions vus à Paris, la toute dernière fois, tout début juillet avant son retour. Dans le petit jardin de l’hôtel où il reprenait des forces.
Amadou Gon était là, en convalescence, mais confiant, et déjà comme au travail.
« Je fais du sport, je suis l’avis des médecins, je monte les escaliers vers ma chambre. Il faut que je sois prêt, en forme. Je vais m’organiser pour me préserver. Primature le matin, résidence l’après-midi. Il faut que je prenne...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Trente ans après son prix Goncourt pour Texaco, cet écrivain majeur de la Caraïbe, principalement connu pour son travail sur la langue créole, interroge la question de la transmission dans le monde contemporain.

Publié en janvier 2023

Avec sa volonté de sensibiliser et marquer profondément le public, cette artiste nigériane de renommée internationale met au cœur de sa pratique l’environnement et les relations humaines.

Publié en janvier 2023

Son premier long-métrage de fiction confirme sa maturité de cinéaste. Avec Sous les figues, qui représentera la Tunisie aux Oscars, elle raconte les rêves et les désillusions d’une jeunesse rurale.

Publié en janvier 2023