Aller au contenu principal
Interview

Arthur Woniala
« Il faut développer des campagnes de sensibilisation sur ses atouts »

PDG de Khainza Energy

Par Cédric Gouverneur - Publié en décembre 2022
Share
DR
DR

Ce jeune ingénieur en mécanique ougandais de 32 ans a fondé en 2016 Khainza Energy, une société de production de biogaz. Il nous raconte son parcours et les difficultés qu’il a rencontrées.

AM : Comment est née Khainza Energy ?

Arthur Woniala : J’ai commencé à me pencher sur le biogaz avec trois amis à l’université de Makéréré à Kampala, en 2015, alors que j’étudiais les énergies renouvelables. Par rapport au solaire, à l’éolien et à l’hydroélectricité, le biogaz me semblait plus simple à mettre en œuvre. J’ai installé un projet pilote dans ma ville natale, Mbale, dans l’est de l’Ouganda. Et cela a réussi ! Nous avons donc construit des systèmes pour les maisons et les fermes. Nous n’avons pas pu obtenir de financement auprès des banques : les taux d’intérêt sont très élevés (24 à 30 %) et les délais de remboursement trop courts. Les processus de négociation des prêts prennent du temps et sont rattrapés par l’inflation ! Nous avons donc soumis le projet à Total Ouganda en 2016, qui nous a fourni un financement d’amorçage d’environ 12 000 dollars, car elle cherchait des projets de transition énergétique. Khainza Energy était née ! Au début, nous n’avions qu’une poignée de clients, car notre installation était assez coûteuse. Mais l’année suivante, en mettant le biogaz en bouteilles, nous avons réduit son coût de 500 dollars à… 35 dollars, avec un prix de recharge de seulement 10 dollars par bouteille ! Hors d’Ouganda, la première institution à s’être intéressée à nous est britannique : la Royal Academy of Engineering nous a aidés à obtenir des financements à Londres, au Cap et à Nairobi. En 2018, Khainza Energy a en outre été finaliste du prestigieux prix de l’institution, l’Africa Prize. Avec notre partenaire, l’ONG italienne Fondation AVSI, et grâce au financement de la Banque africaine de développement, nous formons 200 jeunes à des projets d’énergie verte.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

L’OCP poursuit sa profonde mutation industrielle. Un second programme de quatre ans (2023-2027) a été présenté le 3 décembre dernier devant le roi Mohammed VI par Mostafa Terrab, le patron du géant marocain des phosphates.

Publié en décembre 2022

Le classement Absa 2022 souligne l’intérêt des investisseurs pour les places du continent, ainsi que leurs stratégies pour surmonter les chocs extérieurs.

Publié en décembre 2022

Le Sénégal fait son entrée en tant qu’observateur au FPEG.

Publié en décembre 2022