Aller au contenu principal

AU CŒUR DE JOHANNESBURG

Par Michael.AYORINDE - Publié en novembre 2012
Share

Ville à l’américaine, différente de toutes les autres capitales africaines, Johannesburg permet de voyager dans plusieurs mondes dans la même journée. Une halte à l’Oriental Plaza, à deux pas du centre-ville, et voilà l’Inde avec ses cuivres, ses saris et ses pains fourrés au curry. Un passage à Xarra Books, librairie du quartier culturel de New-town, et c’est l’Afrique urbaine et contemporaine. De jeunes Noirs installés sur des poufs lisent, dis- cutent, viennent écouter le flow des poètes et slameurs de la rue, invités ici à s’exprimer. Un arrêt au Zoo Lake, et l’on observe la promenade rituelle des familles aisées des quartiers nord, avec enfants blonds en uniforme scolaire. Un rendez-vous sur la colline de Melville : une immersion dans les cafés les plus « multiraciaux » du pays. Au sommet d’une autre kopje (« colline » en afrikaans), à la terrasse du Westcliff, un grand hôtel qui domine le zoo, les banlieues résidentielles des quartiers nord, très arborées, ressemblent à une immense forêt.

Dix kilomètres plus loin, Sandton, le nouveau centre d’affaires, se targue d’être « le kilomètre le plus riche d’Afrique ». Des Maserati, des Jaguar et d’innombrables Mercedes se garent sur les toits du Sandton City...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022