Aller au contenu principal
Industrie

Au Maroc, le miracle des masques

Par Jean-Michel Meyer - Publié en mai 2020
Share

«Business as usual. » Avec une rapidité rare, plusieurs entreprises marocaines du textile se sont reconverties ou diversifiées dans la fabrication de masques de protection, obligatoires pour les 36 millions d’habitants du pays depuis le 7 avril 2020. Un coup de collier indispensable pour combler la pénurie qui frappait le royaume au début de la pandémie, comme de nombreux autres pays dans le monde, et handicapait les autorités sanitaires dans leur lutte contre le Covid-19. « Dans les prochains jours, il n’y aura plus de déficit. La capacité de production nationale passera bientôt à 5 millions d’unités par jour, contre près de 3 millions aujourd’hui », annonçait, dès le 7 avril, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy. « À partir du 14 avril, nous dépasserons les 5 millions produits. Et vers la fin du mois, nous passerons à 10 millions quotidiennement. » Au cœur de cette contre-offensive, Abderrahim Taïbi, le très actif directeur de l’Institut marocain de normalisation (Imanor). Cet ingénieur en génie chimique, diplômé de l’École Mohammadia d’ingénieurs de Rabat en 1988, dirige l’organisme public de certification depuis sa création, en 2013.

L’Imanor représente une étape incontournable...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que les terres rares soient indispensables aux transitions énergétique et numérique du continent, leur extraction est polluante. C’est ce dont nous met en garde Emmanuel Hache, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et chercheur associé à EconomiX CNRS Paris Nanterre.

Publié en novembre 2022

Les projets d’extraction se multiplient sur le continent : ces minéraux, véritables « vitamines » de la transition bas carbone et des technologies numériques, proviennent pour le moment surtout de Chine. Les Occidentaux entendent donc réduire leur dépendance envers Pékin en se tournant vers l’Afrique. Mais attention aux écueils…

Publié en novembre 2022

Le nouveau président William Ruto met fin à dix ans d’interdiction des organismes génétiquement modifiés, au grand dam des associations de défense de l’environnement.

Publié en novembre 2022