Aller au contenu principal
Interview

Autonomie alimentaire : un exemple made in Burkina

Par Anne-Cécile Huprelle - Publié en mai 2020
Share
Les récentes fermetures des frontières liées à la crise sanitaire ont revivifié les débats sur les dépendances aux importations et les capacités de production. Comment garantir un accès de proximité aux denrées alimentaires ? Les fermes de l’association Béo-neere, au cœur du Sahel burkinabè offrent une réponse à cette question cruciale. Explications d’ Abdoul Razack Belemgnegré, directeur du centre agroécologique « Béo-neere » à Ouagadougou.
 
Beaucoup disent que le « monde d’après le Corona », c’est avant tout le retour d’une production et d’un commerce « à échelle humaine ». C’est le sens de votre action depuis 2013. Que peut-on en apprendre ?
Que l’autosuffisance alimentaire résout bien des problèmes ! Je prends l’exemple de notre ferme de deux hectares, à Roumtenga, en périphérie de Ouagadougou. Grâce à nos produits bio, vendus en circuit court, nous avons pu nous adapter à une situation critique et approvisionner les villages et les familles de notre région en produits frais. Vous savez, nous sommes avant-gardistes. Dans notre pays, près de 80% de la population subsiste grâce à l’agriculture. Et beaucoup de Burkinabè sont très pauvres. C’est pour cela que l’association Béo-neere (« avenir meilleur », en moré) a été créé il y...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Bien que les terres rares soient indispensables aux transitions énergétique et numérique du continent, leur extraction est polluante. C’est ce dont nous met en garde Emmanuel Hache, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et chercheur associé à EconomiX CNRS Paris Nanterre.

Publié en novembre 2022

Les projets d’extraction se multiplient sur le continent : ces minéraux, véritables « vitamines » de la transition bas carbone et des technologies numériques, proviennent pour le moment surtout de Chine. Les Occidentaux entendent donc réduire leur dépendance envers Pékin en se tournant vers l’Afrique. Mais attention aux écueils…

Publié en novembre 2022

Le nouveau président William Ruto met fin à dix ans d’interdiction des organismes génétiquement modifiés, au grand dam des associations de défense de l’environnement.

Publié en novembre 2022