Aller au contenu principal

Bakary Sangaré, charmeur de mots

Par Michael.AYORINDE - Publié en février 2011
Share

Dreadlocks entrelacées en une longue queue de cheval, Bakary se pose, là, n’importe où, grand et massif, le regard tourné vers un constant ailleurs. Amoureux du verbe et de la pensée, il prend toujours un temps pour répondre, dire ou évoquer. Comme une quête de la beauté et de la transmission. Et la volonté de chercher le juste mot au tréfonds de lui-même pour que sa voix puisse être entendue. Jusqu’au 14 juin 2009, il interprète le rôle de Titus dans Bérénice de Racine. Dans une mise en scène assez surprenante du chorégraphe congolais Faustin Linyekula.

Afrique magazine : Qu’est-ce qui vous a permis de devenir l’homme que vous êtes aujourd’hui ?
Bakary Sangaré : Mon père, Moussa. Il a eu une enfance très dure. C’est un paysan qui n’est jamais allé à l’école. Il incarne le courage, la solidité. Je suis un cadeau pour lui. Lui, était orphelin et manquait de tout ; moi, j’étais l’aîné de ses enfants et je suis le fils qui reçoit tout. C’est cela qui fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui.

Etes-vous père à votre tour ?
Dans l’urgence, je ne suis pas pressé. Pourtant, tous les ans, lorsque je retourne...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Trente ans après son prix Goncourt pour Texaco, cet écrivain majeur de la Caraïbe, principalement connu pour son travail sur la langue créole, interroge la question de la transmission dans le monde contemporain.

Publié en janvier 2023

Avec sa volonté de sensibiliser et marquer profondément le public, cette artiste nigériane de renommée internationale met au cœur de sa pratique l’environnement et les relations humaines.

Publié en janvier 2023

Son premier long-métrage de fiction confirme sa maturité de cinéaste. Avec Sous les figues, qui représentera la Tunisie aux Oscars, elle raconte les rêves et les désillusions d’une jeunesse rurale.

Publié en janvier 2023