Aller au contenu principal
Musique

Bamba Wassoulou Groove
Le cœur battant de Bamako

Par Sophie Rosemont - Publié en avril 2020
Share
BAMBA WASSOULOU GROOVE, Dankélé, Lusafrica. DR.

Avec l’électrique et festif Dankélé, le groupe malien offre un NOUVEAU SOUFFLE à une scène qui, face aux obstacles du quotidien, se montre toujours aussi énergique.
 
« MÊME SI LES TEMPS SONT DURS pour les musiciens à Bamako, la vie musicale reste intense. Nous, on voulait composer, faire vivre cette musique avec du neuf » : en quelques mots, le batteur Maguett Diop résume les nobles intentions du Bamba Wassoulou Groove. Respecter la tradition tout en la réinventant. Faire danser sans faire fi des difficultés du quotidien. Le groupe mélange moult ingrédients dans sa marmite de potion magique : blues, psychédélique, funk, musique bambara…
 
En résulte aujourd’hui Dankélé, grâce auquel il montre sa capacité à créer de l’intensité dans le studio, comme s’il était sur scène : « Nous avons enregistré au Confort moderne, à Poitiers, explique Diop, et tous ensemble. Le but était de garder l’énergie des concerts, représentative de cette musique pentatonique qui enflammait les pistes de danses au Mali, la musique du Ganadougou, du Wassoulou, qui est toujours bien vivante chez nous mais se modernise… » C’est en 2013 que cette joyeuse bande s’est réunie sous la houlette du regretté percussionniste Bamba Dembélé, ancien membre du Super Djata Band, formation légendaire malienne des années 1980.
 
Au micro, Ousmane Diakité, follement énergique. Les rythmiques hypnotiques sont assurées par le bassiste Aboubacar Diombana (« Papis ») et Maguett Diop, déjà connu pour son rôle crucial au sein du Super Rail Band. Enfin, les guitares donnent le ton électrique : Mamadou et Moussa Diabaté ainsi que Abdrahamany Diarra savent tâter du riff flamboyant. Maguett Diop confirme : « Bamba Dembele (qui nous a quittés en 2018) et moimême avons joué avec le Super Djata Band. La guitare de Zani Diabaté, le leader, était exceptionnelle. On l’appelait le Jimi Hendrix africain… Il nous a beaucoup inspirés, et notre premier album lui a rendu hommage. Nos trois guitares sont essentielles car elles donnent de la force à notre musique… »
Et pourquoi ce titre, Dankélé, qui signifie « les braves » ? « Ce ne sont pas les guerriers, mais ceux qui se battent, qui souffrent, qui ont peu, mais qui apportent à la société : les mamans, ceux qui font des travaux manuels pénibles, les enfants qui bossent dur… Nous respectons les dankélé ! » 
Le bondissant Ousmane Diakité est au micro. RENAUD BARRET

Dans la même rubrique

Un pharaon noir, un petit sauvage auvergnat et une princesse ottomane: le père de Kirikou nous livre de nouveaux RÉCITS SOMPTUEUX, avec la voix d’Aïssa Maïga en conteuse d’aujourd’hui…

Publié en octobre 2022

L’Atelier Maloukti revisite les CÉRAMIQUES MAROCAINES pour créer des objets entre tradition et contemporain.

Publié en septembre 2022

Le style unisexe de ce label kényan restitue des IDENTITÉS CULTURELLES UNIQUES dans des tenues pour le quotidien.

Publié en septembre 2022