Aller au contenu principal

BANC DE TOUCHE POUR LES FEMMES?

Par empontie - Publié en juillet 2014
Share

TOUS LES QUATRE ANS, Coupe du monde oblige, on entre dans la période testostéronée tous azimuts. Les hommes ordinairement courtois, évolués, respectueux et admiratifs des femmes entrent en période de régression totale. Retour aux bons réflexes de machos de base. Le ballon rond leur monte aux neurones et tout avis féminin est renvoyé direct dans les buts, voire, pire, est accompagné de petits sourires condescendants insupportables.Y a rien à faire, il y a des domaines, comme ça, où l’on n’a pas notre mot à dire, où l’on ne nous prend pas au sérieux. Le foot, évidemment, mais aussi la mécanique, les bagnoles, l’électronique, les films d’espionnage ou de guerre... Curieux état de fait. Les hommes se sentent-ils tellement en danger qu’ils s’accrochent à des petits bouts de terrain dérisoires, derniers îlots où ils peuvent se sentir mec, parler entre eux, se taper sur les cuisses en buvant des bières. Alors, il y a deux attitudes, en général, face à cette triste réalité. Les femmes qui s’imposent coûte que coûte, s’époumonent à expliquer qu’elles savent très bien reconnaître un hors-jeu ou changer une bielle. Finalement, elles dérangent, passent pour des nanas contre-nature, et font fuir les messieurs.

Et il y a aussi celles qui jouent le jeu, tentent le coup d’empiéter un peu sur leur territoire, juste pour les faire rire, un moyen de plus de papillonner pour les séduire et de marquer encore plus leur différence de fille. Car après tout, se mettre la rate au court-bouillon pour se faire une place dans des domaines qui ne montrent pas tant d’intérêt que ça entraîne une fatigue inutile. Et celles qui savent parfaitement ce qu’est une aile de pigeon ou un P38 peuvent tout à fait le garder pour elles. Luttons plutôt pour que les hommes acceptent que davantage de femmes soient meilleures qu’eux, accèdent à des postes de directeurs ou de PDG, voire gagnent plus d’argent que leur chéri, sans que ça les rende ridiculement agressifs ou surréalistiquement déstabilisés dans leur vie privée. Mais, quand même, quand on voit comment chaque chaîne de télé ou émission de foot s’est creusé la cervelle pour trouver une potiche sexy en doublon du présentateur, qui ne fait que sourire et se taire, ça en dit long sur le sujet... Et sur le chemin à parcourir, même dans les pays « développés » où les hommes sont censés avoir super évolué dans leur vision des femmes... Pas gagné.

Par Emmanuelle PONTITÉ

Dans la même rubrique

Juillet, août. Chacun, d’une manière ou d’une autre, va prendre un peu de repos, faire une pause, les pieds en éventail quelque part. Sur sa terrasse ou dans son jardin, à l’étranger, au village. Justement, au village… L’occasion de fréquenter un peu les anciens, de se remémorer leurs habitudes alimentaires, par exemple. Et pourquoi pas, de rêver un peu.

Publié en août 2022

Voilà, les jeux sont (provisoirement) faits. Kaïs Saïed a fait adopter sa nouvelle constitution. La participation aura été faible, le débat largement tronqué. Mais il aura eu gain de cause. La Tunisie entre dans un nouveau régime, marqué par un pouvoir présidentiel fort, des contre-pouvoirs limités.

Publié en août 2022

Le 24 juin, un véritable séisme pour des millions de femmes s’est produit aux États-Unis : l’arrêt Roe vs Wade, qui autorisait l’avortement depuis 1973, a été révoqué. Dorénavant, chaque État pourra choisir de l’interdire ou non. Sept États ont décidé dans les jours qui ont suivi de priver les femmes de ce droit. Et une vingtaine d’autres devraient suivre. Pour des millions d’Américaines, c’est un retentissant retour en arrière. Depuis, des manifestations et des inquiétudes grandissantes en Europe et en Occident s’enchaînent ou montent.

Publié en juillet 2022