Aller au contenu principal

Benghazi : la vie après la guerre

Par Maryline.DUMAS - Publié en avril 2019
Share
Il y a huit ans, la deuxième cité libyenne, la grande capitale de l’Est, se soulevait contre Kadhafi et plongeait au coeur d’une guerre civile meurtrière. Soumise aux milices islamistes, puis libérée au canon par les troupes du général Haftar en juillet 2017. Au milieu des ruines, les habitants cherchent à reconstruire et à vivre.
 
Le paysage fend le coeur et coupe la respiration de toute personne ayant connu le « Benghazi d’avant ». Le centre historique, autrefois si dynamique avec ses magasins et ses cafés, n’est aujourd’hui que succession d’immeubles détruits ou dentelés par les impacts de balles. Nombreuses sont les rues désertées, aussi silencieuses que la mort. Depuis mai 2014, l’Armée nationale arabe libyenne (ANL), rassemblant d’anciens militaires et des révolutionnaires sous les ordres de Khalifa Haftar, combattait, dans le cadre de l’opération Karama (« dignité »), une coalition hétéroclite de révolutionnaires libyens et de terroristes de l’État islamique (EI) ou d’Ansar al-Charia. Pour parvenir à la victoire finale, annoncée en grande pompe le 5 juillet 2017, l’ANL a dû mener des bombardements aériens massifs, dont le résultat est visible dans le centre historique, dernière partie de la seconde ville du pays à être tombée aux mains...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Passeur d’une culture multiforme, le Mozambicain lusophone est aujourd’hui l’un des écrivains les plus inventifs du continent. L’œuvre foisonnante de ce poète engagé, également biologiste, puise aux racines de l’imaginaire et de la tradition orale de son Afrique natale.

 

Publié en octobre 2022

Après avoir passé près de trente-cinq ans au gouvernement camerounais, il était probablement l’une des figures les plus emblématiques des années Biya. Tour à tour délégué général au Tourisme, puis à la Gendarmerie nationale, et secrétaire d’État à la Défense, Amadou Ali est nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1996. Il sera ensuite ministre d’État chargé de la Défense et garde des Sceaux. En 2004, il devient vice-Premier ministre, et finit sa carrière comme ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées.

Publié en septembre 2022

Son dernier roman, Les Vertueux, raconte le destin d’un berger jeté dans les fracas de la Grande Guerre et de l’adversité. Pour l’auteur, cette fresque historique palpitante, pétrie de philosophie, signe son œuvre la plus accomplie. 

Publié en septembre 2022