Aller au contenu principal

Benin
Coup de Talon !

Par Emmanuelle Pontié - Publié en août 2019
Share

Depuis le 28 avril, date des législatives au Bénin, les yeux de la communauté internationale sont braqués sur ce pays longtemps appelé le « quartier latin de l’Afrique » pour le niveau intellectuel remarqué de ses citoyens et de ses élites, pionniers en matière de démocratie en Afrique de l’Ouest. Le président Patrice Talon, accusé d’avoir écarté les partis d’opposition d’une représentativité à l’Assemblée, a fait face à une violente levée de boucliers à Cotonou et dans les régions, notamment dans le septentrion, fief de l’ancien chef d’État Thomas Boni Yayi, les 1er et 2 mai. Durement réprimées le premier jour par la police et le second par l’armée, les manifestations ont donné lieu à quatre morts, selon Amnesty International. À la suite de l’intronisation des députés, 
appartenant dorénavant à deux partis qualifiés de « siamois » et acquis au Président, celui-ci s’est enfin adressé à la nation le 20 mai, après trois ou quatre reports. Dix minutes de discours chrono, dans lequel le chef de l’État a déclaré que l’Assemblée était aujourd’hui installée, coupant ainsi court aux multiples demandes d’annulation des élections. Il a aussi annoncé qu’il recevrait l’opposition, en signe d’apaisement, sans pour autant plus de détails sur...
Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022