Aller au contenu principal
Littérature

Beyrouk
Le fil de l'horizon

Par CATHERINE FAYE - Publié en mars 2021
Beyrouk
Beyrouk. DR

L’écrivain mauritanien évoque un drame intime qui est aussi le DRAME DE TOUT UN PAYS. La confrontation entre deux civilisations. Entre deux mondes.

Parias
BEYROUK, Parias, Sabine Wespieser éditeur, 184 pages, 18 €.

« JE VEUX effacer de ma mémoire le reste, annihiler ce qui fait souffrir, ne retenir que ces images édéniques où tu t’accrochais à moi, ivre sur les plages du bonheur. » Le dernier livre de Beyrouk est un récit à deux voix, qui va et qui vient, entre l’amour contrarié d’un père et l’égarement de son jeune fils. Deux monologues qui se répondent sans le savoir. Et au cœur desquels se joue une tragédie humaine et sociale, que le désir fou du premier pour la mère du second n’a pu absoudre. Car la femme qui relie ces deux êtres incarne ce que l’un et l’autre ne seront jamais : des citadins nantis, issus d’une lignée privilégiée. Le père demeure le descendant d’une tribu bédouine, un homme du désert. Le fils, hybride, est un errant à l’identité fluctuante, enfant des faubourgs misérables de Nouakchott. Aimer l’impossible est-il un crime ? Que reste-t-il lorsque l’évidence, les injustices, le mensonge détruisent les passions et l’espoir ? Et que s’est-il passé pour que ce père ait été jeté en prison ? L’auteur du Tambour des larmes (prix Ahmadou Kourouma 2016) et du troublant Je suis seul explore une nouvelle fois les contradictions d’une Mauritanie complexe, où l’hérédité et le poids du passé imprègnent invariablement les rapports sociaux. Où la tradition et la modernité se télescopent dans un pays de sable, fleuri ici et là de concentrations urbaines grouillantes. De cette confusion émergent l’exclusion, l’enfermement, la solitude. Des thèmes chers à Beyrouk. Car c’est peut-être là, au plus profond de la claustration, que naît la pensée. Les deux personnages de son roman sont des parias.

Leur introspection révèle une société en pleine mutation. Chante un amour familial, même désespéré. Conseiller culturel à la présidence de son pays et défenseur acharné de la liberté de la presse et d’opinion, Beyrouk est né dans une tribu dont l’espace de nomadisme et de commerce allait du sud du Maroc à Tombouctou, au Mali. Il n’a de cesse d’interroger les habitudes ancestrales bédouines, le déterminisme, le rapport entre les hommes et les femmes, le silence des dunes, l’envie d’un ailleurs. Un adage nomade dit : « L’horizon est ma demeure. » Il préfigure la parution concomitante d’un autre récit poignant de l’auteur, aux éditions Elyzad, en Tunisie : Le Silence des horizons.

Dans la même rubrique

Quand la porcelaine de Limoges rencontre le célèbre tissu africain. Une entreprise lancée en 2019 par Absa Char Say.

Publié en avril 2021

Éloi Ficquet est spécialiste de l’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Son dernier ouvrage, coécrit avec Gérard Prunier, s’intitule Understanding Contemporary Ethiopia. Il nous explique que ces tensions, récurrentes en Éthiopie depuis le Moyen Âge, pourraient rebattre les cartes dans toute la région.

Publié en avril 2021

La guerre planétaire entre Spotify et Apple Music ouvre un front sur le très prometteur marché africain. Mais les acteurs locaux n’ont pas dit leur dernier mot.

Publié en avril 2021