Aller au contenu principal

Biopic sur le Prophète : « Aucune interdiction n’apparaît dans le Coran »

Par Michael.AYORINDE - Publié en février 2011
Share

Quelle est votre implication dans le projet de ce biopic  ?
Les producteurs d’Alnoor Holdings, à Doha, veulent avoir un impact international. Ils sont conscients qu’il faut entendre les différentes sensibilités et c’est pour cela qu’ils ont fait appel à des universitaires et des intellectuels musulmans, notamment des Occidentaux qui ont embrassé l’islam. Ils attendent de nous un point de vue subjectif, sur ce que pourrait, dans nos pays respectifs, être la réaction du public musulman et non-musulman. Avec notre recul sur les pratiques et les opinions. L’idée est de générer des discussions avec les scénaristes et de trouver des solutions aux contraintes et aux contradictions qu’engendre l’idée de représenter le Prophète.

Il est donc interdit de le représenter ?
Aucune interdiction n’apparaît dans le Coran contrairement aux idoles, thème que l’on retrouve d’ailleurs dans la Bible. Certains théologiens musulmans ont condamné formellement la représentation des êtres animés en s'appuyant sur un verset du Coran rejetant les statues des idoles et sur un hadîth accusant les faiseurs d'images de vouloir rivaliser avec Dieu, seul créateur et insuffleur de vie. Aujourd’hui avec la situation du monde arabe, on ne sait pas vraiment qui interdit quoi. Mais il faut en prendre acte...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022