Aller au contenu principal
Haut de gamme

Birimian
Au service du luxe africain

Par Jean-Michel Meyer - Publié en juin 2021
Share

Formée dans le gratin mondial des banques d’investissement, l’Ivoirienne Laureen Kouassi-Olsson lance Birimian pour financer les créateurs du continent.

l’Ivoirienne Laureen Kouassi-Olsson lance Birimian pour financer les créateurs du continent.
DR

Faire rayonner la création africaine à l’international. C’est l’ambition de l’Ivoirienne Laureen Kouassi-Olsson qui a lancé Birimian, le 26 avril 2021, une société d’investissement calibrée pour accompagner dans leur développement des marques haut de gamme africaines (mode, accessoires, beauté, cosmétiques, alimentation...).Le nom de la société fait référence au premier gisement de diamants bruts découverts en Afrique de l’Ouest, qui s’étend à travers le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali et le Burkina Faso. « Les créateurs africains sont des pierres précieuses à l’état brut qu’il faut polir et sublimer pour les faire éclore à l’échelle internationale », justifie la fondatrice, qui détient 60 % du capital. « Notre mission est d’utiliser une combinaison de financement, de mentorat et de soutien opérationnel pour aider nos marques à gagner en visibilité internationale, à réaliser leur véritable potentiel, plaçant ainsi le patrimoine culturel du continent sur la scène mondiale », complète-t-elle.

Après des études de commerce en France, un début de carrière chez Lehman Brothers (la banque à l’origine de la crise des subprimes en 2008), la jeune femme concrétise...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le Cap-Vert, l’Égypte, le Kenya, la Namibie, la Tanzanie, et d’autres pays sont à nouveau ouverts aux touristes étrangers, sous conditions sanitaires.

Publié en juillet 2021

Le modèle économique du royaume, critiqué par le roi depuis 2017, a été revisité par une commission qui promet une croissance de 7 % à partir de 2030.

Publié en juillet 2021

Avec l’incertitude sur l’aide au développement et le poids croissant de la dette, les États du continent n’ont pas d’autre choix que de mobiliser les ressources fiscales domestiques pour restaurer leur marge de manœuvre budgétaire, réduite par la crise sanitaire.

Publié en juillet 2021