Aller au contenu principal
Perspectives

Chine-Afrique :
un nouveau contrat après vingt ans de mariage ?

Par Cédric Gouverneur - Publié en décembre 2021
Share
Xi Jinping (en visioconférence) lors de son discours au FOCAC, qui s’est tenu à Dakar fin novembre. COOPER INVEEN/REUTERS
Xi Jinping (en visioconférence) lors de son discours au FOCAC, qui s’est tenu à Dakar fin novembre. COOPER INVEEN/REUTERS

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Fin novembre 2021, à Dakar, s’est tenu le Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) qui, depuis 2000, réuni tous les trois ans Pékin et ses 53 pays partenaires sur le continent – (tous, à l’exception du Swaziland, le tout dernier apôtre de Taïwan !). Une huitième édition en forme de réajustement réciproque, car derrière les chiffres pharaoniques (des échanges commerciaux multipliés par 20 en vingt ans ; 1 million de Chinois sur le continent, où un projet sur trois est chinois !), la réalité s’impose : au terme de vingt ans de mariage, la Chine et l’Afrique s’avèrent toutes les deux quelque peu désillusionnées… La première, parce qu’elle se rend notamment compte que dépenser de l’argent ne suffit pas pour susciter du développement. La seconde, parce qu’elle s’endette, parfois lourdement, vis-à-vis de Pékin, et parce que le made in China – si bon marché et si accessible aux consommateurs...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Les rencontres Cartooning for Peace and Democracy réunissent à Nairobi, du 6 au 29 mai, des dessinateurs de presse, venus d’Afrique et du monde entier .

Publié en mai 2022

L’impact du réchauffement climatique s’amplifie sur le continent. Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, publié le 4 avril, nous empresse d’agir afin d’inverser la tendance avant 2025. Ce qui laisse environ un millier de jours pour se retrousser les manches… La bonne nouvelle est que des solutions existent. Et que l’Afrique dispose de nombreux atouts pour les déployer.

Publié en mai 2022

Dans son essai Marianne face aux faussaires, l’écrivaine franco-sénégalaise s’élève contre la dérive du débat politique en France. Elle déconstruit le discours des identitaires et rappelle les valeurs humanistes, universelles.

Publié en mai 2022