Aller au contenu principal
Perspectives

Chine-Afrique :
un nouveau contrat après vingt ans de mariage ?

Par Cédric Gouverneur - Publié en décembre 2021
Share
Xi Jinping (en visioconférence) lors de son discours au FOCAC, qui s’est tenu à Dakar fin novembre. COOPER INVEEN/REUTERS
Xi Jinping (en visioconférence) lors de son discours au FOCAC, qui s’est tenu à Dakar fin novembre. COOPER INVEEN/REUTERS

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Fin novembre 2021, à Dakar, s’est tenu le Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) qui, depuis 2000, réuni tous les trois ans Pékin et ses 53 pays partenaires sur le continent – (tous, à l’exception du Swaziland, le tout dernier apôtre de Taïwan !). Une huitième édition en forme de réajustement réciproque, car derrière les chiffres pharaoniques (des échanges commerciaux multipliés par 20 en vingt ans ; 1 million de Chinois sur le continent, où un projet sur trois est chinois !), la réalité s’impose : au terme de vingt ans de mariage, la Chine et l’Afrique s’avèrent toutes les deux quelque peu désillusionnées… La première, parce qu’elle se rend notamment compte que dépenser de l’argent ne suffit pas pour susciter du développement. La seconde, parce qu’elle s’endette, parfois lourdement, vis-à-vis de Pékin, et parce que le made in China – si bon marché et si accessible aux consommateurs...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Passeur d’une culture multiforme, le Mozambicain lusophone est aujourd’hui l’un des écrivains les plus inventifs du continent. L’œuvre foisonnante de ce poète engagé, également biologiste, puise aux racines de l’imaginaire et de la tradition orale de son Afrique natale.

 

Publié en octobre 2022

Après avoir passé près de trente-cinq ans au gouvernement camerounais, il était probablement l’une des figures les plus emblématiques des années Biya. Tour à tour délégué général au Tourisme, puis à la Gendarmerie nationale, et secrétaire d’État à la Défense, Amadou Ali est nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1996. Il sera ensuite ministre d’État chargé de la Défense et garde des Sceaux. En 2004, il devient vice-Premier ministre, et finit sa carrière comme ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées.

Publié en septembre 2022

Son dernier roman, Les Vertueux, raconte le destin d’un berger jeté dans les fracas de la Grande Guerre et de l’adversité. Pour l’auteur, cette fresque historique palpitante, pétrie de philosophie, signe son œuvre la plus accomplie. 

Publié en septembre 2022