Aller au contenu principal
Musique

Coco Em
Nairobi dancing

Par Sophie Rosemont - Publié en mai 2022
Share
Coco Em .PADDY GEDI
Coco Em. PADDY GEDI

​​​​​​​Avec son premier EP, l’hypnotique Kilumi, la productrice s’annonce comme l’une des nouvelles valeurs sûres de la SCÈNE ÉLECTRO KENYANE.

 .COCO EM, Kilumi, InFiné. DR
COCO EM, Kilumi, InFiné. DR

C’EST AUTOUR du tambour que la kilumi, danse traditionnelle kenyane du peuple kamba, s’articule. Et c’est autour des beats que Coco Em construit sa musique.    Y résonne d’ailleurs la voix de la chanteuse Ndunge Wa Kalele. « Chaque fois que je l’écoutais chanter, je me sentais connectée à mon peuple. J’ai été étonnée lorsque ma mère m’a appris que les solistes étaient traditionnellement des femmes », confie celle qui fut remarquée sur la scène des Trans Musicales de Rennes ou des Nuits d’Afrique de Montréal. Depuis 2016, elle s’illustre en tant que DJ, s’étant fait connaître sur Facebook et ayant acheté son matériel sur eBay. Fort de sept pistes appelant autant à la danse qu’à la contemplation, Kilumi mixe avec habileté trap et house, sur un terrain sonore africain. Du côté des invités, on compte MC Sharon, Wuod Baba, Sisian & Kasiva, ou encore Ndunge Wa Kalele… L’attachement de Coco Em à Nairobi n’est pas feint. Elle y a d’ailleurs créé le collectif féminin Sim Sima : « Je voulais proposer un espace sûr pour les producteurs, particulièrement les femmes qui commencent leur parcours musical, afin de partager leur création auprès des professionnels de l’industrie. Au moment de la pandémie, j’ai décidé de déplacer les activités de Sim Sima en ligne et d’en développer davantage le concept afin d’y inclure l’enseignement de la musique électronique. » Depuis, elle a réussi à obtenir un financement de Music In Africa et a organisé ses premiers ateliers avec d’autres musiciennes. Tout en travaillant sur ce premier EP, qui inaugure le début d’une carrière discographique soumise à de multiples (et excitantes) variations :  « Il initie mon voyage dans la production musicale, l’exploration de ce que je suis et de qui je veux être en tant qu’artiste. » 

Dans la même rubrique

Pour la chanteuse Algérienne, la musique est un art d’émancipation et de liberté. Avec son groupe 100 % féminin Lemma, elle fait vibrer les chants ancestraux de la région désertique de la Saoura et célèbre un patrimoine menacé.

Publié en octobre 2022

Tosin Oshinowo a recontruit un village nigérian détruit par Boko Haram : un projet imaginé avec la communauté, qui veut retourner y vivre.

Publié en octobre 2022

Après le succès de leur premier disque, le groupe béninois confirme son énergique engagement dans ce nouvel opus.

Publié en octobre 2022