Aller au contenu principal
Dossier

DE BONS INDICES ECONOMIQUES

Par - Publié en février 2018
Share
L’allègement des formalités et la multiplication d’initiatives en faveur de la création d’entreprises confortent le pays sur la voie de la croissance.
 
Centre de formalités des entreprises. Edem, la trentaine, jeune entrepreneur, vient de finir les démarches pour la création de sa société de communication. Une décision prise récemment, lorsqu’il a découvert dans les médias que la procédure a été allégée depuis quelques mois ; et surtout, que les coûts d’enregistrement ont été revus à la baisse. 
Le gouvernement togolais a investi ces dernières années pour offrir aux entreprises des facilités administratives. Grâce aux différentes réformes initiées, Lomé est en passe de se donner les moyens de son ambition : celui de se transformer en hub économique de premier plan, et s’imposer comme une destination de choix pour les grands groupes internationaux et sous-régionaux. Ecobank, le groupe panafricain, a construit en face de l’océan Atlantique le siège de son institution. Puis, plusieurs autres sociétés panafricaines ont suivi, dont la compagnie aérienne Asky, les banques BOAD, Orabank…
Plusieurs initiatives du gouvernement togolais ont été mises en place afin de garantir aux entreprises un climat des affaires sécurisé. Déjà classé parmi les meilleurs réformateurs en Afrique par le dernier classement « Doing Business » de la Banque mondiale, et deuxième meilleur réformateur en Afrique par la Fondation Mo Ibrahim, le pays a encore initié, dès ce début d’année, de nouvelles réformes pour attirer les entreprises et les investisseurs. Outre l’ouverture du guichet unique, la réduction du droit du capital social pour la création et l’enregistrement des entreprises, la dématérialisation des formalités pour la création des sociétés a été annoncée en janvier. Le gouvernement togolais vient également de mettre sur pied un nouveau plan d’action global pour l’amélioration du climat des affaires. Celui-ci a été présenté en conseil des ministres le 26 janvier. Il prend en compte différentes problématiques, dont cinq sont considérées comme prioritaires : la création d’entreprise, le permis de construire, le transfert de propriété, l’exécution des contrats et l’accès à l’énergie.
Une Cellule chargée de l’amélioration du climat des affaires (CCA) au Togo avait été créée en novembre 2017. Sa mission : veiller à la mise en oeuvre des réformes déjà opérées, et celles à venir.
Sur le plan local, ces diverses initiatives ont permis de booster la création de sociétés et d’accompagner les  jeunes entrepreneurs. D’après les statistiques du Centre de formalités des entreprises, 120 SARL ont été créées en 2008, contre 1 800 en 2017. Avec un taux de croissance au-dessus de 5 % et un climat des affaires jugé de plus en plus favorable à la création d’entreprises et à l’installation de groupes étrangers, le Togo entend se positionner carrefour économique international. Une ambition qui devrait se poursuivre en 2018. À condition que le climat politique s’améliore et que les échéances électorales se déroulent dans le calme. L’instabilité sous toutes ses formes, et sous tous les cieux, étant l’ennemie du business.

Dans la même rubrique

Avec un taux de croissance de 5 %, et l’essor des secteurs de l’énergie, des technologies ou de l’agriculture, le pays peut envisager des lendemains meilleurs. À condition que citoyenneté et dialogue démocratique soient au rendez-vous.

Publié en février 2018

Pour le président du Club des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique francophone, le secteur est encore trop éclaté. Mais les initiatives de l’État vont dans le bon sens…

Publié en février 2018

La production agricole contribue à plus de 38 % au PIB national. Pour consolider cette filière, le président a annoncé plusieurs mesures. Dont celle de créer des agropoles, pourvoyeuses d’emplois.

Publié en février 2018