Aller au contenu principal
Prospérité

Derrière le « miracle » du Botswana

Par Cédric Gouverneur - Publié en octobre 2021
Share

C’est, dit-on, le pays le plus développé du continent, une exception démocratique aussi, très british. À la source de cette réussite rare, les fameux diamants, exploités en partenariat avec le conglomérat De Beers. Enquête sur cet eldorado africain et les limites du modèle.

C'est l’exception qui confirme la règle : disposer à profusion d’une ressource naturelle à haute valeur ajoutée ne se traduit pas inévitablement par une économie de rente, captive de la fluctuation des cours, et générant davantage de corruption et de gabegie que de développement humain. Deuxième producteur mondial de diamants derrière la Russie, le Botswana (2,4 millions d’habitants pour une superficie équivalente à Madagascar) affiche une insolente prospérité pour le continent, avec un PIB par habitant estimé à environ 6 700 dollars et des indices de développement humains (IDH) élevés.

Le quartier des affaires de la capitale, Gaborone, avec au premier plan, le monument des Trois Dikgosi, représentant les chefs tribaux qui ont obtenu l’indépendance. SHUTTERSTOCK
Le quartier des affaires de la capitale, Gaborone, avec au premier plan, le monument des Trois Dikgosi, représentant les chefs tribaux qui ont obtenu l’indépendance. SHUTTERSTOCK

Lorsqu’est proclamée l’indépendance du Bechuanaland (protectorat britannique) le 30 septembre 1966, nul ne mise sur l’essor de ce pays enclavé et semi-désertique, où près de la moitié des 500 000 habitants vivent de l’agriculture. De façon éloquente, le nouvel État...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Installée à Abidjan (depuis 2012) et à Dakar (2018), entièrement impliquée dans les nouveaux circuits de la création continentale, elle vient d’ouvrir une galerie en plein centre de Paris. L’objectif : rapprocher ses artistes de la globalité. Entretien « un pied sur terre » (du nom de l’exposition inaugurale).

Publié en novembre 2021

Le 30 novembre, elle sera la première femme noire à reposer  au Panthéon, nécropole des illustres de la République. Petite-fi lle  d’esclaves afro-américains naturalisée, chanteuse, danseuse,  muse et – ce que l’on sait moins – résistante, elle incarne aussi  toutes les ambiguïtés et les complexités de la France  vis-à-vis des citoyens de la différence.

Publié en novembre 2021

Le journaliste et écrivain ivoirien nous envoie une carte postale africaine à propos du phénomène Zemmour.

Publié en novembre 2021