Aller au contenu principal
Entreprises

Des affaires en dents de scie pour Yerim Sow

Par Jean-Michel Meyer - Publié en juin 2021
Share
L’homme d’affaires (en blanc) peut être confiant pour l’avenir de Teyliom, présent dans 13 pays.
L’homme d’affaires (en blanc) peut être confiant pour l’avenir de Teyliom, présent dans 13 pays. CHRISTOPHE MASENGESHO

L’entrepreneur ivoiro-sénégalais étend son activité bancaire d’Abidjan à Dakar, tout en surveillant sa filiale hôtelière mise à mal par la crise sanitaire.

​​​​​​​Actif à Abidjan, puis à San-Pédro depuis sa création en 2006, Bridge Bank Group Côte d’Ivoire (BBG CI) poursuit son développement à Dakar. La banque de l’Ivoiro-Sénégalais Yerim Sow trouve ainsi son point d’équilibre : un pied dans chaque pays, comme son mentor. Fin avril, la commission bancaire de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA) a ainsi autorisé l’installation au Sénégal d’une succursale de BBG CI, qui s’est concentrée sur le segment des PME. Cette nouvelle implantation s’inscrit dans le cadre du plan de développement stratégique 2019-2023 de la banque, décidé avec le feu vert des actionnaires, qui ont doté le groupe de 10 milliards de francs CFA (15,2 millions d’euros) de fonds propres complémentaires. Disposant de 14 agences en Côte d’Ivoire, la BBG CI a réalisé un total de bilan de 461,5 milliards de francs CFA (700 millions d’euros) en 2019, selon les derniers chiffres publiés, tandis que son produit net bancaire progressait de 24 %, à 25,9 milliards de francs CFA (39,5...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le Cap-Vert, l’Égypte, le Kenya, la Namibie, la Tanzanie, et d’autres pays sont à nouveau ouverts aux touristes étrangers, sous conditions sanitaires.

Publié en juillet 2021

Le modèle économique du royaume, critiqué par le roi depuis 2017, a été revisité par une commission qui promet une croissance de 7 % à partir de 2030.

Publié en juillet 2021

Avec l’incertitude sur l’aide au développement et le poids croissant de la dette, les États du continent n’ont pas d’autre choix que de mobiliser les ressources fiscales domestiques pour restaurer leur marge de manœuvre budgétaire, réduite par la crise sanitaire.

Publié en juillet 2021