Aller au contenu principal
Musique

Emel
Revisiter l’essentiel

Par Sophie Rosemont - Publié en janvier 2021
img
EBRU YILDIZ - DR (2)

Le temps d’un confinement, LA CHANTEUSE TUNISIENNE a réinterprété les classiques de son répertoire et ceux des artistes avec qui elle a grandi.

AU PRINTEMPS 2020, Emel rend visite à sa famille, à Tunis, pour fêter l’anniversaire de son père… juste avant que le confinement ne l’empêche de repartir à New York, sa ville d’adoption. La voici ainsi avec sa fille dans la maison de son enfance, où trois générations cohabitent dans une harmonie inattendue, propice à la création.

EMEL, The Tunis Diaries, Partisan Records

La chanteuse replonge alors dans ses racines musicales. Sur deux parties (« Day » et « Night »), elle propose des réinterprétations de son propre corpus – de « Ma Lkit » à « Sallem » –, puis des reprises de Nirvana à David Bowie (exceptionnelle version de « The Man Who Sold The World »), en passant par Rammstein. Après Everywhere We Looked Was Burning, paru en 2019, qui a confirmé sa popularité outre-Atlantique, Emel nous offre The Tunis Diaries, son projet le plus intime. Elle témoigne également d’un engagement qui est le sien depuis toujours : n’oublions pas que sa chanson « Kelmti Horra » est devenue l’hymne du Printemps arabe tunisien… 

Dans la même rubrique

Quand la porcelaine de Limoges rencontre le célèbre tissu africain. Une entreprise lancée en 2019 par Absa Char Say.

Publié en avril 2021

Éloi Ficquet est spécialiste de l’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Son dernier ouvrage, coécrit avec Gérard Prunier, s’intitule Understanding Contemporary Ethiopia. Il nous explique que ces tensions, récurrentes en Éthiopie depuis le Moyen Âge, pourraient rebattre les cartes dans toute la région.

Publié en avril 2021

La guerre planétaire entre Spotify et Apple Music ouvre un front sur le très prometteur marché africain. Mais les acteurs locaux n’ont pas dit leur dernier mot.

Publié en avril 2021